dépêche

 - 

Les femmes enceintes avec Covid-19 semblent avoir les mêmes caractéristiques cliniques que les autres patients

LONDRES, 30 mars 2020 (APMnews) - Les caractéristiques cliniques des femmes enceintes atteintes de Covid-19 sont similaires à celles des patientes adultes non enceintes et une prise en charge intensive des mères permet d’obtenir de bons résultats maternels et néonataux, selon une étude rétrospective chinoise menée sur 7 patientes et parue mardi dans The Lancet Infectious Diseases.
Alors que l’épidémie actuelle liée au virus Sars-CoV-2 se répand, le nombre de femmes enceintes atteintes devrait augmenter. Les données cliniques disponibles sur ces femmes sont peu nombreuses et aucune expérience sur le traitement des femmes enceintes atteintes de Covid-19 n’a été rapportée, indiquent Nan Yu de la Huazhong University of Science and Technology à Wuhan (Chine) et ses collègues.
Dans une étude rétrospective monocentrique, les chercheurs ont rapporté les données épidémiologiques, cliniques, biologiques et radiologiques de 7 femmes enceintes (âge moyen 32 ans, toutes au troisième trimestre de grossesse) infectées par le Sars-CoV-2 et admises à l’hôpital Tongji de Wuhan. Les traitements reçus ainsi que les résultats médicaux des mères et pour leurs nouveau-nés ont aussi été étudiés.
Ces femmes présentaient les manifestations classiques de la maladie. Le principal symptôme était la fièvre retrouvée chez 6 patientes (86%). Les autres symptômes étaient moins présents: la toux, l’essoufflement et la diarrhée étaient chacun retrouvés chez une seule patiente (14%).
La période d’incubation de la maladie était en moyenne de 5 jours.
Les tests de laboratoire ont montré que le nombre de lymphocytes était réduit, la protéine C-réactive, la vitesse de sédimentation des érythrocytes et le D-dimère étaient augmentés, et les leucocytes étaient normaux chez la plupart des patientes.
Les examens radiologiques ont révélé une pneumonie bilatérale chez 6 patientes et unilatérale chez la dernière.
"Ces patientes ont présenté des caractéristiques cliniques similaires à celles rapportées chez les femmes non enceintes souffrant de Covid-19", concluent les auteurs.

Prise en charge intensive

"Etant donné que le Covid-19 est une maladie d’apparition récente, aucun traitement optimal n’a été établi", notent les auteurs.
Dans cette étude, toutes les patientes ont été traitées avec des antiviraux (la plupart par ribavirine) et des antibiotiques (céphalosporines, quinolones et macrolides en mono- ou en bithérapie). Elles ont été placées sous oxygénothérapie.
De plus, 5 patientes ont été traitées avec des stéroïdes (méthylprednisolone 1 à 2 mg/kg par jour), "après césarienne uniquement" car "des études animales ont suggéré que l'utilisation de fortes doses pendant la grossesse pouvaient entraîner une malformation foetale", insistent les auteurs.
Les patientes ont subi une césarienne, à l’âge gestationnel moyen de 39 semaines et 2 jours, et les nouveau-nés ont été transférés en service de néonatalogie.
Des antibiotiques ont été administrés après la césarienne pour prévenir toute infection bactérienne secondaire.
Les résultats chez les patientes et les résultats néonataux étaient "bons", estiment les auteurs. Ils ont été obtenus au moyen d’"une prise en charge intensive et active" qui pourrait consister en "la meilleure pratique en l’absence de données plus robustes".

Une transmission verticale intra-utérine suspectée

Les auteurs précisent que 3 nouveau-nés ont été testés pour le Sars-CoV-2 et un s’est révélé infecté 36 heures après la naissance.
Cependant, les tests pratiqués sur le placenta et sur le sang du cordon étaient négatifs pour le Sars-CoV-2. "La transmission verticale intra-utérine pourrait ne pas s'être produite", estiment les auteurs.
Une autre étude chinoise publiée jeudi dans JAMA Pediatrics suggère la possibilité d'une transmission verticale du coronavirus Sars-Cov-2 de la mère au foetus, chez les femmes enceintes atteintes du Covid-19 (cf APMnews CD8Q7SYRI), rappelle-t-on. "Il est donc crucial de dépister les femmes enceintes et de mettre en place des mesures strictes de contrôle de l'infection, une quarantaine pour les mères infectées, et une surveillance étroite des nouveau-nés à risque de Covid-19", concluaient les auteurs.
Ils estiment que des études plus larges doivent être menées, et que celles-ci devraient inclure des femmes aux premier et deuxième trimestres de grossesse. Les résultats à long terme devront aussi être analysés.
(The Lancet Infectious Diseases, publication en ligne du 24 mars)
vcd/ld/nc/APMnews

[VCD2Q7V2HI]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi