dépêche

 - 

Covid-19: Sanofi donne 100 millions de doses d'hydroxychloroquine mais se montre prudent sur son efficacité

PARIS, 10 avril 2020 (APMnews) - Sanofi a annoncé vendredi dans un communiqué faire don de 100 millions de doses d'hydroxychloroquine (Plaquenil*) à 50 pays mais a parallèlement appelé à la prudence autour des espoirs suscités par ce médicament, soulignant que "les preuves cliniques actuelles sont insuffisantes pour tirer une quelconque conclusion sur l’efficacité clinique ou la sécurité d’emploi" dans la prise en charge du Covid-19.
"Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, Sanofi a reçu un nombre croissant de demandes émanant de gouvernements du monde entier" pour fournir du Plaquenil*, a-t-il fait savoir, se disant "prêt à venir en aide au plus grand nombre de pays possible, à commencer par ceux où son médicament est approuvé dans ses indications actuelles, de même que les pays où il n’existe pas de fournisseurs d’hydroxychloroquine ou ayant des situations précaires".
La priorité du laboratoire est "d'assurer une bonne continuité dans l'approvisionnement du médicament" pour les patients traités dans les indications dans lesquelles le Plaquenil* est approuvé (polyarthrite rhumatoïde, lupus et prévention des lucites en France) mais aussi "d'approvisionner les gouvernements qui souhaitent constituer des stocks dans l'espoir que l'hydroxychloroquine s'avère efficace dans le traitement du Covid-19".
Dans cette indication, la molécule fait notamment l'objet d'un essai clinique européen (cf dépêche du 23/03/2020 à 19:36), d'un essai clinique international, d'une étude "en ouvert", très médiatisée, à l'institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection à Marseille (cf dépêche du 30/03/2020 à 14:28) et d'une étude promue par le CHU d'Angers (cf dépêche du 31/03/2020 à 16:42), rappelle-t-on.
Pour répondre à la demande, le groupe français a doublé sa capacité de production "additionnelle", c'est-à-dire au-delà de la production pour les indications actuelles, en mobilisant ses huit usines d'hydroxychloroquine à travers le monde. Il prévoit de "la quadrupler d'ici l'été".
L'Agence du médicament italienne (AIFA) a toutefois alerté jeudi sur de possibles pénuries de Plaquenil*, sur la base des observations d'une association italienne de patients en rhumatologie. Elle a exprimé ses inquiétudes sur le risque de manquer de stocks pour assurer la continuité du traitement dans les indications homologuées, selon des informations rapportées par APM Health Europe (groupe APM International, dont fait partie APMnews).
Sanofi a parallèlement appelé vendredi à "une coordination de l'ensemble des acteurs de la chaîne pour permettre la continuité de l’approvisionnement de ce médicament, dans l’éventualité où il serait bien toléré et efficace dans le traitement du Covid-19" et s'est dit prêt à "jouer son rôle" au sein d'une coordination mondiale.
"Il est essentiel que les organisations internationales, les États, les fabricants et tous les acteurs de la chaîne de l’hydroxychloroquine travaillent ensemble de manière coordonnée pour faire en sorte que tous les patients susceptibles de bénéficier de ce traitement potentiel puissent y avoir accès", a déclaré le directeur général Paul Hudson, cité dans le communiqué.
L'hydroxychloroquine est une molécule génériquée sur plusieurs marchés, dont les Etats-Unis. Elle est fabriquée notamment par Sandoz (groupe Novartis) et Mylan, note-t-on.
Le laboratoire français se montre toutefois prudent sur l'efficacité du médicament dans l'infection au virus Sars-CoV-2. "A ce jour les interprétations des données préliminaires […] diffèrent", a-t-il relevé. "Bien que l’hydroxychloroquine suscite beaucoup d’espoir parmi les patients du monde entier, il convient de souligner que les résultats des études en cours ne sont pas encore disponibles et que ceux-ci peuvent être positifs mais aussi négatifs", a-t-il prévenu.
"L’hydroxychloroquine peut causer des effets indésirables sévères et doit être utilisée avec précaution et ne peut être prise sans avis médical ou prescription", a-t-il également alerté.
Le laboratoire étudie d'autres options thérapeutiques dans le Covid-19, comme son anti-IL-6 Kevzara* (sarilumab) pour la prise en charge des formes sévères. En France, l'essai CORIMUNO-19, mené principalement à l'AP-HP, évalue notamment cet anticorps (cf dépêche du 06/04/2020 à 12:28).
"Lutter contre une pandémie aussi redoutable que celle du Covid-19 requiert des collaborations pour avancer sur le plus grand nombre de fronts possible et Sanofi tient et joue tout son rôle dans ce combat", a rappelé le laboratoire en conclusion.
mjl/rm/APMnews

[MJL6Q8KAL0]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi