dépêche

 - 

L'ANSM attend de Didier Raoult qu'il démontre le caractère observationnel de sa dernière étude

(Par Virginie BAGOUET et Raphaël MOREAUX)
PARIS, 20 avril 2020 (APMnews) - L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), qui n'a pas autorisé la deuxième étude sur l'hydroxychloroquine (Plaquenil*, Sanofi) conduite à l'institut hospitalo-universitaire (IHU) de Marseille par le Pr Didier Raoult, attend que les investigateurs apportent des éléments objectifs pour démontrer son caractère observationnel, a indiqué Dominique Martin dans un entretien à APMnews vendredi.
La première étude de l’équipe de l’IHU évaluant l’hydroxychloroquine avec ou sans azithromycine chez 26 patients infectés par le Sars-CoV-2 a été autorisée par l’ANSM (cf dépêche du 20/03/2020 à 11:22).
Didier Raoult et ses collègues ont ensuite publié, le 27 mars sur le site internet de l'IHU, les résultats relatifs à une étude évaluant la même bithérapie chez 80 patients infectés par le Sars-CoV-2 (cf dépêche du 30/03/2020 à 14:28). Cette fois, les investigateurs ont qualifié leur étude d'observationnelle. Dans leur publication, ils ont expliqué avoir obtenu une autorisation du comité d'éthique de l'IHU. L'équipe a ensuite publié un résumé relatif au traitement de 1.061 patients (cf dépêche du 09/04/2020 à 21:55).
Vendredi, Dominique Martin, directeur général de l'ANSM, a confirmé à APMnews, que cette deuxième étude n'avait pas reçu d'autorisation de l'agence.
La question est de savoir si cette étude est observationnelle ou interventionnelle, a-t-il souligné.
Les études observationnelles sont soumises uniquement à l’avis d’un comité de protection des personnes (CPP) alors que les recherches interventionnelles doivent avoir le feu vert de l’ANSM et d'un CPP.
L'ANSM a interrogé l'équipe pilotée par Didier Raoult afin qu'elle livre des éléments démontrant objectivement "la nature juridique" de cette étude "il y a une dizaine de jours", a précisé Dominique Martin, soit autour du 8 avril. L'agence, qui n'a pas encore obtenu de réponse, compte relancer l'IHU.
Dominique Martin a rappelé que l'hydroxychloroquine était autorisée en milieu hospitalier pour traiter certains patients atteints du Covid-19. L'étude menée auprès de 80 patients a été conduite entre le 3 mars et le 21 mars. Le recours à l'hydroxychloroquine pour traiter le Covid-19 a été encadré par un décret publié 26 mars, rappelle-t-on. Toutefois, la prescription hors-autorisation de mise sur le marché (AMM) n'est pas interdite, a pointé le directeur général de l'ANSM.
Pour savoir si cette étude est bien observationnelle, l'ANSM a notamment questionné l'IHU sur les modalités de recrutement et les examens réalisés.
"Nous ferons l'instruction la plus sereine possible dans cet environnement qui ne l'est pas beaucoup", a ajouté Dominique Martin.
Si l'IHU ne répond pas "dans des délais raisonnables", une inspection pourrait être diligentée.

Evaluation en mode "fast track"

Plus globalement, l'agence s'est organisée sur un mode "fast-track" pour évaluer les demandes d'autorisation d'essais cliniques sur le Covid-19 dans des délais brefs. Une équipe de l'ANSM se consacre entièrement à ces évaluations.
Une cinquantaine de demandes portant sur des médicaments ont été déposées en France et, au 16 avril, 32 avaient reçu une autorisation, selon une liste publiée sur le site du ministère des solidarités et de la santé.
Une vingtaine de CPP, soit la moitié de ceux existants en France, sont mobilisés sur le Covid-19 et l'évaluation faite par l'ANSM est conduite en parallèle de celle de ces comités, alors qu'habituellement, elles le sont de façon séquentielle.
L'agence se prononce dans un "délai très court", a souligné Dominique Martin, en moyenne de 7 jours, alors que la réglementation prévoit 60 jours.
L'hydroxychloroquine est évaluée dans 18 essais cliniques, sur les 32 conduits en France. Cela permet d'accélérer l'évaluation.
Questionnée par APMnews sur un essai évaluant un transporteur d'oxygène du ver marin et suspendu par l'agence, en raison de la non-transmission d'une étude expérimentale (cf dépêche du 10/04/2020 à 11:34), l'agence a expliqué qu'elle ne comptait pas poursuivre en justice la société. L'ANSM a exigé d'avoir toutes les données, rappelle-t-on.
"L'idée est potentiellement intéressante, si on décide des poursuites, on arrête définitivement la possibilité d'évaluer cette piste. Si une nouvelle demande d'autorisation est déposée, il nous parait plus raisonnable de refaire une évaluation complète que de faire une procédure", a commenté Dominique Martin.
vib-rm/eh/APMnews

[VIB2Q8ZLIG]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi