dépêche

 - 

La France déplore près de 21.000 morts liés au coronavirus (DGS)

PARIS, 21 avril 2020 (APMnews) - La France enregistre désormais 20.796 décès liés au coronavirus Sars-CoV-2, a annoncé mardi soir le directeur général de la santé (DGS) Jérôme Salomon, lors de son point presse quotidien.
Ce chiffre comprend 12.900 décès constatés à l'hôpital et 7.896 décès en établissements sociaux et médico-sociaux (ESMS), dont l'essentiel en établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), a détaillé le Pr Salomon. Il a précisé que 32 décès étaient enregistrés en outre-mer.
Toutes causes de mortalité confondues, l'écart entre la mortalité attendue et la mortalité enregistrée n'a cessé de croître depuis mars: d'abord de 17%, il est passé à 35,9% en semaine 13 (du 23 au 29 mars) puis à 61% en semaine 14 (du 30 mars au 5 avril).
En semaine 16 (du 12 au 19 avril), l'écart enregistré est déjà conséquent pour les régions Île-de-France et Bourgogne Franche-Comté, plus particulièrement dans 11 départements (6 d'Ile-de-France, 2 des Hauts-de-France et 2 en Bourgogne-Franche-Comté), a énuméré le DGS.
Cet excès de mortalité touche principalement les plus de 65 ans, et de façon plus "modérée" les 45-65 ans dans les départements les plus touchés.
La consultation des certificats électroniques fait remonter 7.545 décès mentionnant l'infection au Covid-19 parmi les causes (pour un âge médian de 84 ans), soit 28% des décès certifiés par voie électronique, a-t-il ajouté.

Près de 120.000 cas confirmés en France

Jérôme Salomon a évoqué 117.324 cas confirmés en France, ainsi que 30.106 personnes actuellement hospitalisées, selon les données remontées par 1.301 établissements de santé. Le solde des hospitalisations a baissé de 478 en 24 heures, mais 1.885 personnes ont tout de même été hospitalisées depuis lundi, dont 98 en outre-mer, soit 10 de moins en 24 heures.
Au total, 5.433 cas graves nécessitent des soins en réanimation, dont 190 nouveaux cas depuis le dernier point presse (dont 32 en outre-mer). Le solde des entrées et des sorties est négatif pour la 13ème journée consécutive, avec 250 patients en moins en 24 heures.
Plus de 2.400 patients non Covid-19 sont par ailleurs présents en réanimation, soit environ 2.000 de moins qu'en temps normal. La capacité de 10.000 lits actuellement en oeuvre ne pourra être tenue dans le temps, a souligné Jérôme Salomon qui a rappelé que ce développement a eu pour corollaire la déprogrammation d'activités essentielles.
Le bilan montre aussi que 39.181 personnes hospitalisées sont rentrées à domicile, parmi les 83.000 personnes ayant été hospitalisées au cours de cette "épidémie massive" dont la circulation reste élevée, constate Jérôme Salomon.
Les services d'urgences ont ainsi enregistré 1.800 passages (8% de leur activité) liés au Covid-19, dont 38% ont donné lieu à une hospitalisation, et 3% à une entrée en réanimation, alors que SOS médecins compte 448 interventions, soit 8% de son activité.
Parmi les 138.991 tests réalisés, 29.763 se sont révélés positifs, soit 21% en moyenne (38% à l'hôpital et 19% en ville). Ce taux est en lente décrue, a commenté le Pr Salomon.

Incertitudes quant aux anticorps

Interrogé sur la réponse immunitaire des personnes infectées et sur le risque potentiel -évoqué dimanche par le premier ministre- que des anticorps développés par des patients soient facilitants, le DGS a répondu qu’on ne savait pas au départ si les personnes infectées allaient développer une immunité et si cette immunité serait basée sur "des anticorps qui protègent" et la durée de cette protection.
Il a observé que des données scientifiques s’accumulaient, montrant que "les gens qui ont une infection avérée font dans les semaines qui suivent une séroconversion: ils ont des anticorps, ils ont une sérologie positive". Rien n’indique que des anticorps facilitants (qui faciliteraient l’infection au lieu de la bloquer) existent dans le Covid. Quant à savoir si ces anticorps sont bien protecteurs, "on est en train de tester" des anticorps issus de patients "dans un modèle de laboratoire pour voir s’ils protègent contre la maladie".
Il a également rappelé qu’avait été lancée en France une étude clinique pour évaluer l'intérêt thérapeutique d’administrer du plasma de patients convalescents à des malades pour prévenir l’aggravation de la maladie (l’étude Coviplasm, ndlr; cf dépêche du 03/04/2020 à 15:05).
Le DGS a aussi précisé que la centralisation de l'acquisition de 5 molécules utilisées en réanimation (cf dépêche du 21/04/2020 à 15:40) avait pour but de faire bénéficier les établissements d'un "circuit privilégié" pour obtenir les "meilleures dotations internationales" avant redistribution entre les établissements.
Il s'est montré particulièrement confiant quant à la capacité des enfants à respecter les gestes barrières en milieu scolaire, une fois les écoles réouvertes.

Lien social et hygiène de vie

Jérôme Salomon a évoqué l'ouverture sous conditions des visites de proches en établissements sociaux et médico-sociaux (ESMS) et plus particulièrement en établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), autorisées depuis lundi (cf dépêche du 19/04/2020 à 21:46), rappelant qu'un protocole de confinement actualisé avait été publié mardi (cf dépêche du 21/04/2020 à 12:17) et précisant qu'il avait été rédigé avec les fédérations professionnelles, les professionnels de terrain et la fédération nationale des professionnels de gériatrie.
Il a estimé "assez exceptionnel" les refus d'hospitalisation des résidents d'Ehpad de la part des hôpitaux. "C'est quelque chose que nous voulons combattre", a-t-il poursuivi, vantant les hotlines entre groupement hospitalier de territoire (GHT) de référence et Ehpad (cf dépêche du 31/03/2020 à 15:39).
Il a également mentionné la reconnaissance automatique du Covid-19 comme maladie professionnelle pour les soignants, sans besoin de démontrer que la contamination a eu lieu sur le lieu de travail, permettant une prise en charge à 100% ainsi qu'une indemnisation en cas d'incapacité temporaire ou permanente.
Le DGS a par ailleurs prodigué des conseils d'hygiène de vie destinés à aider à supporter le confinement, comme l'entretien des liens de proximité, l'application d'un rythme quotidien régulier, la pratique d'activité appréciées et créatives, et un suivi mesuré de l'actualité, ajoutant que des lignes d'écoute étaient disponibles si besoin.
bd-fb/san/APMnews polsan-une

[BRD0Q95G24]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi