dépêche

 - 

Résultats intéressants pour un nouvel antipaludique à action rapide (phase I)

LONDRES, 27 avril 2020 (APMnews) - Le nouveau candidat au traitement du paludisme SJ733 a montré chez l’homme un effet antiparasitaire rapide bien que transitoire pour le traitement du paludisme à Plasmodium falciparum, selon une étude de phase I américaine publiée dans The Lancet Infectious Diseases.
Dans un essai clinique de phase I, Aditya Gaur du St Jude Children’s Research Hospital de Memphis (Tennessee) (qui a mis au point cette molécule) et ses collègues ont évalué la sécurité, la tolérabilité, la pharmacocinétique et l’activité antipaludique chez l’homme de cette molécule qui est un inhibiteur de l’ATP4 du Plasmodium falciparum.
L'étude s'est déroulée en dans parties: une phase Ia chez des volontaires sains et une phase Ib chez des personnes infectées.
Au cours de la phase Ia menée aux Etats-Unis, chez 23 volontaires sains ayant reçu de manière croissante une dose unique et suivis pendant 14 jours, la molécule a été bien tolérée à tous les dosages, chez les patients nourris ou à jeun. Parmi les 119 effets indésirables rapportés, seuls 2 étaient possiblement liés au traitement: une leucopénie et une protéinurie de grade 2 dans les 2 heures suivant la prise du traitement.
Au cours de la phase Ib de l’étude menée en Australie, 15 hommes jeunes volontaires en bonne santé n’ayant jamais contracté le paludisme se sont vu inoculer la maladie par injection intraveineuse d’érythrocytes infectés par P. falciparum.
Les participants ont ensuite été traités à jeun par 150 mg de SJ733 (pour 7 patients) ou 600 mg de SJ733 (pour 8 patients) quand le seuil de 5.000 parasites/mL était atteint ou en cas d’avancée des signes cliniques.
Après traitement, la densité parasitaire a commencé par décliner avant de ré-augmenter plus ou moins rapidement. Pour les patients qui avaient reçu 150 mg de JS733, la recrudescence survenait après 32 heures en moyenne, alors que celle-ci n’apparaissait qu’après 60 heures en moyenne chez ceux qui avaient pris 600 mg de SJ733.
Tous les participants de la phase Ib ont rapporté au moins un effet indésirable. Parmi les 172 rapportés, 74% étaient considérés comme légers et le seul événement indésirable attribué au SJ733 était une légère paresthésie bilatérale du pied qui a duré 3 h 45 et s'est résolue spontanément. Les autres effets indésirables, dont 8 sévères, étaient liés au paludisme.
Les auteurs notent qu’une élévation des concentrations hépatiques en aminotransférases a été rapportée après traitement chez 4 patients, mais après 55 heures en moyenne, suggérant que l’effet était dû à la recrudescence du paludisme, notent les auteurs.
Bien que l'effet d'une dose unique de SJ733 ne soit pas suffisant pour éliminer complètement la parasitémie, son profil d'innocuité et son action antiparasitaire rapide permettent d’envisager son développement pour l’associer à d’autre traitements antipaludiques d’action lente et avec une demi-vie plus longue, estiment les auteurs.
Ils soulignent que, contrairement à l’inhibiteur de l’ATP4 de F. falciparum cipargamine, aucun événement gastro-intestinal ou génito-urinaire n'a été observé avec le SJ733.
(The Lancet Infectious Diseases, publication en ligne du 7 avril)
vcd/fb/APMnews

[VCD4Q9AWUP]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi