dépêche

 - 

Nouvelles données en faveur d'une transmission materno-foetale possible du coronavirus

WASHINGTON, 6 mai 2020 (APMnews) - Une étude chinoise publiée dans Obstetrics & Gynecology rapporte un cas de transmission vraisemblablement verticale du Sars-CoV-2, parmi 7 femmes infectées en fin de grossesse.
Les données sur la transmission materno-foetale du nouveau coronavirus sont encore très peu nombreuses, mais ce mode de transmission a déjà été suggéré (cf dépêche du 26/03/2020 à 16:18).
Xiaolin Hu de l'université des sciences et technologies Huazhong à Wuhan (Chine) et ses collègues, parmi lesquels figurent des spécialistes de l'hôpital Antoine-Béclère à Clamart (Hauts-de-Seine, AP-HP), décrivent 7 cas de Covid-19 survenus en fin de grossesse, entre le 20 janvier et le 20 février, et le devenir des nouveau-nés issus de ces grossesses.
Aucune de ces patientes n'a connu de détérioration de son état clinique, et il n'y a pas eu de complications liées à l'accouchement. Toutes ont été guéries de l'infection. Les symptômes cliniques avaient débuté 8 heures à 12 jours avant l'hospitalisation.
Conformément aux recommandations locales, elles ont accouché par césarienne afin de réduire le risque de transmission verticale du virus, et pour des raisons logistiques. L'une des patientes a toutefois accouché par voie basse, avant qu'ait pu être réalisée la césarienne programmée.
Tous les nouveau-nés ont été immédiatement isolés, pendant 14 jours. Ils ont été testés par RT-PCR dans les 24 à 36 premières heures de vie. Un sur 7 (14,3%), né par césarienne, s'est révélé positif pour l'infection à Sars-CoV-2. Chez les 6 autres, tous les prélèvements de différentes sources (gorge, sang, selles, urines) étaient négatifs.
Aucun des 7 nouveau-nés n'a développé de symptômes cliniques durant les 14 jours d'isolement. Ils ont été nourris exclusivement au lait artificiel. Les tests biochimiques de routine et les taux de globules rouges étaient normaux à 1 jour et 3 jours, et les radios thoraciques et échographies cérébrales étaient normales au 1er jour de vie.
"Nos résultats suggèrent que la transmission verticale de l'infection au Sars-CoV-2 de mères affectées par le Covid-19 lors des derniers jours de la grossesse est possible mais relativement rare", commentent les auteurs.
Etant donné que le nouveau-né testé positif est né par césarienne avant le début du travail, "la voie de l'infection est probablement transplacentaire, bien que la voie transcervicale ne puisse être écartée", ajoutent-ils.
On ne sait pas si la stratégie de prise en charge avec césarienne avant le début du travail, isolement des nouveau-nés, et recours au lait artificiel exclusivement a permis de prévenir davantage la transmission du virus aux nouveau-nés, ou si cela représente les caractéristiques biologiques de l'infection au 3e trimestre de grossesse, soulignent-ils.
(Obstetrics & Gynecology, publication en ligne du 24 avril)
cd/ab/APMnews

[CD4Q9WWZM]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi