dépêche

 - 

Hyperlipidémie: l’évolocumab efficace et sûr chez les patients VIH+

WASHINGTON, 11 juin 2020 (APMnews) - L’anticorps hypolipémiant évolocumab (Repatha*, Amgen) s’est révélé efficace et sûr pour réduire les niveaux de LDL-cholestérol chez des patients séropositifs au VIH, plus de 70% des patients atteignant un niveau inférieur à 0,7 g/l, selon une étude publiée dans le Journal of the American College of Cardiology (JACC).
Les personnes vivant avec le VIH sont à haut risque de maladie cardiovasculaire athérosclérotique et peuvent nécessiter un traitement hypolipémiant. Lors de la prise de statine, elles sont aussi exposées à des évènements indésirables plus fréquents en raison d’interactions médicamenteuses possibles avec les antirétroviraux. D'où l'intérêt de disposer d'autres traitements hypolipémiants.
Dans une étude randomisée en double aveugle multinationale baptisée BEIJERINCK, Franck Boccara de l’hôpital Saint-Antoine (AP-HP) à Paris et ses collègues ont évalué l’efficacité et la sécurité d’emploi de l’anticorps monoclonal anti-PCSK9 évolocumab chez des patients VIH+ dyslipidémiques.
Au total, 464 patients (âge moyen 56,4 ans, 82,5% d’hommes) vivant avec le VIH depuis 17,4 ans en moyenne ont été inclus. Ils présentaient tous une hypercholestérolémie ou une dyslipidémie mixte et étaient sous statine à la dose maximale tolérée, hormis 20,7% d’entre eux qui étaient intolérants ou avaient une contre-indication.
De plus, 35,6% des patients présentaient une maladie cardiovasculaire athérosclérotique à l’inclusion et 47,8% étaient hypertendus.
Les patients ont été randomisés pour recevoir mensuellement soit l’évolocumab, soit un placebo. Au début de l’étude, le LDL-cholestérol moyen était de 1,33 g/l.
Après 24 semaines, le niveau moyen de LDL-cholestérol avait diminué de 56,9% chez les patients sous évolocumab par rapport au début de l’étude (après correction du changement moyen mesuré dans le groupe contrôle).
Une diminution de plus de 50% du LDL-cholestérol était atteinte chez 72,5% des patients sous évolocumab, contre 0,7% des patients du groupe placebo.
Un taux de LDL-cholestérol inférieur à 0,7 g/l était atteint chez 73,3% des patients sous évolocumab, contre 7,9% des patients sous placebo.
L’évolocumab a été bien toléré: les incidences des effets indésirables survenant lors du traitement et des effets indésirables sévères étaient comparables dans les groupes évolocumab et contrôle (67,5% vs 61,9% et 5,1% vs 3,3% respectivement).
(JACC 2020, vol.75, n°20, p2570-2584)
vcd/fb/APMnews

[VCD6QBRL4O]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi