dépêche

 - 

L'Elysée s'apprête à débloquer des financements pour la R&D et la production pharmaceutique en France

PARIS, 15 juin 2020 (APMnews) - Le président de la République, Emmanuel Macron, devrait annoncer de nouveaux financements pour soutenir la R&D et la production pharmaceutique en France mardi lors de son déplacement sur le site de production de vaccins de Sanofi à Marcy-l'Etoile (Métropole de Lyon), a-t-on appris auprès de l'Elysée.
Le chef de l'Etat est attendu mardi en milieu de matinée pour échanger autour de la recherche d'un vaccin contre le Covid-19 et visiter une ligne d'inspection de flacons, en présence du directeur général du groupe français, Paul Hudson, et de son président, Serge Weinberg (cf dépêche du 12/06/2020 à 12:07).
Il prendra la parole aux alentours de midi et devrait annoncer une "initiative" afin de "mobiliser des crédits pour accompagner des projets, tant dans le champ de la R&D que dans la production elle-même" en France, a expliqué l'Elysée lundi. Il s'agit notamment d'être préparé à une éventuelle future crise sanitaire, avec la volonté de faire "prospérer" cette démarche au niveau européen.
La Commission européenne a déjà autorisé début juin un "régime-cadre" français qui prend la forme d'un plan de soutien de 5 milliards d'euros à la recherche, au développement, ainsi qu'aux investissements dans les infrastructures d'essai et de mise à niveau et de fabrication de produits utiles à la lutte contre le Covid-19, rappelle-t-on (cf dépêche du 08/06/2020 à 15:08).
Le groupe Sanofi devrait également annoncer des projets d'investissements, a-t-on appris lundi.
Le déplacement présidentiel sera suivi en fin d'après-midi d'une visioconférence avec des représentants de plusieurs laboratoires engagés dans la course au vaccin contre le Covid-19, depuis le Palais de l'Elysée. Seront notamment présents les dirigeants de MSD, Pfizer, Janssen, Johnson & Johnson (J&J), Sanofi, GlaxoSmithKline (GSK), Curevac, Moderna Therapeutics et AstraZeneca, qui vient de signer un accord de principe avec la France, l'Allemagne, l'Italie et les Pays-Bas pour fournir 400 millions de doses de son candidat vaccin en développement avec l'université d'Oxford (cf dépêche du 14/06/2020 à 14:28).
Emmanuel Macron doit présenter aux industriels l'action de l'Etat français face à la problématique de l'accès aux vaccins contre le Covid-19 à trois niveaux. Au niveau mondial, l'Hexagone défend l'idée d'un "bien public" qui doit être extrait de "la pure logique de marché", et défend une coordination assurée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans le cadre de la collaboration mondiale "ACT Accelerator" (cf dépêche du 17/04/2020 à 15:54).
Au niveau européen, la France a fait le choix de négociations "combinées et coordonnées" pour assurer l'approvisionnement en vaccins au "juste prix". L'accord passé avec AstraZeneca est une illustration de cette démarche, et l'Etat négocie le même type de contrat avec d'autres laboratoires "avec le même degré d'exigence". Selon l'Elysée, ces contrats vont prévoir des "modalités d'audits" pour permettre aux pays européens de vérifier les coûts engagés et l'absence de profit sur la vente des vaccins.
Au niveau national, le chef de l'Etat doit rappeler les actions menées depuis le début du quinquennat pour améliorer l'attractivité du pays et y renforcer l'industrie pharmaceutique et la production de traitements comme des vaccins.

Réunion du CSF jeudi

Emmanuel Macron avait fait part de son engagement à "faire revenir les industries de santé en France" avant la crise sanitaire, lors d'un déplacement en janvier lors de la visite du site de production d'AstraZeneca à Dunkerque, rappelle-t-on (cf dépêche du 20/01/2020 à 17:20).
Interrogé par APMnews sur l'avancée des mesures adoptées dans le cadre du dernier Conseil stratégique des industries de santé (Csis), en juillet 2018 (cf dépêche du 10/07/2018 à 11:30), l'Elysée a expliqué que la crise sanitaire avait "conforté" la volonté du gouvernement de "bâtir une stratégie d'attractivité à tous les niveaux".
Il y a "encore plus de volonté d'accélérer dans ce sens" mais cela ne nécessite pas forcément de réunir à nouveau le Csis avant 2021, a assuré la présidence de la République, évoquant d'autres rendez-vous, comme les discussions sur la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) à l'automne, qui permettront de faire avancer ce chantier.
La réforme de l'évaluation du médicaments, l'accès à des thérapies innovantes et la réduction des délais des procédures administratives pour accéder au marché font partie des chantiers en cours fixés par le Csis, rappelle-t-on.
Le souhait d'engager un plan de relance et de reconstruction économique du pays après la crise sanitaire et ses impacts, partagé par Emmanuel Macron lors d'une allocution dimanche soir (cf dépêche du 14/06/2020 à 21:51), "sera aussi probablement l'occasion de dire des choses sur le secteur de la santé", a relevé l'Elysée.
Une réunion du comité stratégique de filière (CSF) des industries et technologies de santé est par ailleurs prévue jeudi matin avec le ministre des solidarités et de la santé, Olivier Véran, et la secrétaire d'Etat auprès du ministère de l'économie et des finances, Agnès Pannier-Runacher.
rm/ab/APMnews

[RM8QBYOKS]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi