dépêche

 - 

Le risque de complications après coloscopie est doublé chez les plus de 75 ans

WASHINGTON, 30 juin 2020 (APMnews) - Les patients âgés de plus de 75 ans présentent un risque accru de complications à la suite d'une coloscopie pour dépistage d’un cancer colorectal, en comparaison des patients plus jeunes éligibles à cet examen, selon une étude publiée jeudi dans JAMA Network Open.
La plupart des sociétés savantes recommandent le dépistage du cancer colorectal dès l’âge de 50 ans et jusqu’à 75 ans pour les personnes présentant un risque moyen. Après cet âge, le dépistage ne doit plus être systématique et doit être discuté en fonction du profil de risque de chaque patient.
Dans une étude rétrospective utilisant les informations disponibles dans plusieurs bases de données administratives en Ontario, Natalia Causada-Calo de l’université de Toronto et ses collègues ont évalué l’association entre l’âge et le risque de complications post-coloscopie chez des patients ayant subi cet examen pour détecter un éventuel cancer colorectal.
Au total, 38.069 patients âgés en moyenne de 65,2 ans ayant subi cet examen ont été inclus dans l’étude. Les trois quarts des patients avaient moins de 75 ans.
Les complications post-coloscopie étaient définies par un passage aux urgences ou une hospitalisation non prévue dans les 30 jours suivant la sortie du patient de l’hôpital après la coloscopie, les hospitalisations pour le traitement chirurgical d’un cancer colorectal étant exclues de cette définition.
L’incidence des saignements au cours des coloscopies était relativement faible (0,4%), mais elle était significativement plus élevée chez les sujets les plus âgés (0,9% contre 0,3% chez les plus jeunes).
De même, l’incidence des complications cardiovasculaires (insuffisances cardiaques, infarctus du myocarde et évènements thrombo-emboliques principalement) était significativement plus élevée dans le groupe de patients âgés de plus de 75 ans (1,8% contre 0,5% chez les plus jeunes).
Le risque de complications après coloscopie était aussi plus élevé pour les patients qui subissaient cet examen pour la première fois (3,6%), en comparaison de ceux qui effectuaient un examen de surveillance et avaient donc déjà subi une coloscopie (3,1%), la différence étant très marquée chez les plus de 75 ans (7,5% pour un premier examen contre 5,1% pour un examen de surveillance) et quasi nulle chez les plus jeunes (2,6% et 2,5% respectivement).
Globalement, le taux d’incidence cumulée globale des complications était de 3,4%, mais là encore, il était plus élevé chez les patients âgés de plus de 75 ans (6,8%) qu’au sein de la population plus jeune (2,6%).
Les auteurs ont identifié plusieurs facteurs de risque indépendants qui augmentaient le risque de complications après une coloscopie: un âge supérieur à 75 ans (OR -odds ratio, une valeur proche du risque relatif- de 2,3), l’anémie (OR 1,4), l’arythmie cardiaque (OR 1,7), l’insuffisance cardiaque congestive (OR 3,4), l’hypertension (OR 1,2), la présence d’une maladie rénale chronique (OR 1,8) ou du foie (OR 4,7), un antécédent de tabagisme (OR 3,2) et l’obésité (OR 2,3).
A l’inverse, les patients qui avaient déjà subi une coloscopie avaient un risque de complication diminué (OR 0,9).
Les auteurs soulignent que la fréquence des complications augmentait de manière quasi linéaire avec l’âge: les incidences cumulées des complications étaient de 4% entre 70 et 74 ans, de 5,6% entre 75 et 79 ans, et 7% entre 80 et 84 ans.
Ils estiment que la décision de réaliser une coloscopie chez les patients âgés doit être prise avec précaution, et notamment au regard des comorbidités du patient.
(JAMA Network Open, publication en ligne du 25 juin)
vcd/cd/nc/APMnews

[VCD3QCODNL]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi