dépêche

 - 

Renforcement du contrôle sanitaire pour des voyageurs en provenance de 16 pays (Jean Castex)

ROISSY-EN-FRANCE (Val-d'Oise), 24 juillet 2020 (APMnews) - Le premier ministre, Jean Castex, a dévoilé vendredi de nouvelles mesures pour renforcer les contrôles sanitaires pour les voyageurs provenant d'une liste de 16 pays où la circulation du coronavirus "est particulièrement forte", lors d'un déplacement à l'aéroport de Roissy.
Le chef du gouvernent était accompagné du ministre des solidarités et de la santé, Olivier Véran, du ministre délégué auprès de la ministre de la transition écologique, chargé des transports, Jean-Baptiste Djebarri, et du directeur général de l'agence régionale de santé (ARS) Île-de-France lors de ce déplacement vendredi après-midi.
Cette annonce fait suite à une réunion du conseil de défense vendredi matin sous l'égide du président de la République, Emmanuel Macron.
Un contrôle sanitaire renforcé sera progressivement mis en place avant le 1er août pour les voyageurs entrant sur le territoire français en provenance de 16 pays.
Il s'agit de l'Afrique du Sud, l'Algérie, le Bahreïn, le Brésil, les Émirats arabes unis, les États-Unis, l'Inde, Israël, le Koweït, Madagascar, le sultanat d'Oman, le Panama, le Pérou, le Qatar, la Serbie et la Turquie.
"Le ministère de la santé et des solidarités est actuellement en train de consolider l'ensemble des mesures prises à l'occasion du Conseil national de sécurité nationale qui a lieu ce matin", a-t-on appris vendredi après-midi auprès de Matignon.
"Pour ces pays, je vous le rappelle, la frontière est fermée", a rappelé vendredi Jean Castex lors d'un point presse à l'issue de son déplacement. "Les seules circulations de passagers concernent des citoyens français qui résident dans ces pays ou des citoyens de ces pays qui disposent d'une résidence stable en France."
"Pour l'ensemble de ces pays, il a été décidé que les voyageurs seront tenus de disposer d'un test attestant qu'ils ne sont pas porteurs du virus", a poursuivi le chef du gouvernement. Pour pallier les difficultés d'accès aux tests virologiques dans certains des pays concernés, des tests seraient systématiquement proposés aux voyageurs ne possédant pas l'attestation nécessaire à leur entrée sur le territoire national.
À l'aéroport de Roissy, le contrôle aux frontières s'effectue désormais en deux temps pour les voyageurs en provenance des 16 pays classés "rouge", avec un premier contrôle administratif à l'entrée sur le territoire, et un second contrôle sanitaire effectué grâce à la mise en place de 6 centres de prélèvement au sein de l'aérogare.

Un dispositif pleinement opérationnel avant le 1er août

"Ce dispositif, en train de se mettre en place de manière satisfaisante, [...] va monter en puissance pour être opérationnel dans les prochains jours et au plus tard le 1er août", a développé le premier ministre. "Il a fallu qu'avec le concours de l’Assistance publique-hôpitaux de Paris [AP-HP], nous adaptions les moyens pour atteindre cet objectif."
Les aéroports parisiens d'Orly et de Roissy devraient être en capacité d'effectuer respectivement 6.000 et 2.000 tests par jour, alors que le flux de voyageurs concernés a été estimé à "3.000 personnes testées par jour" pour le seul aéroport de Roissy.
En cas de test positif, les voyageurs concernés seront soumis à "un dispositif de quatorzaine, qui va permettre aux autorités sanitaires de les isoler et de les observer jusqu’à ce que la situation devienne normale".
Jean Castex a souligné que ce dispositif était "plus fort que les pays voisins", mais "indispensable compte tenu de la reprise de la circulation virale" en France.

Des "mesures analogues" dans les aéroports internationaux et dans les ports

Des "mesures analogues seront réalisées dans l’ensemble des aéroports français accueillant des vols en provenance des pays concernés", ainsi que dans les ports français, a fait savoir le premier ministre.
Il a abordé le cas de la Catalogne, "qui montre également des indices sanitaires dégradés": "Nous recommandons vivement aux citoyens français d’éviter de se rendre dans ces territoires."
Il a ajouté que des discussions avaient eu lieu entre les autorités françaises et espagnoles pour que "les flux dans l’autre sens soient les plus limités possibles".
gl/nc/APMnews

[GL6QDZAI4]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi