dépêche

 - 

Bronchiolite: l'oxygénothérapie nasale à haut débit n'a pas réduit le recours à la ventilation non invasive chez des nourrissons

LONDRES, 27 juillet 2020 (APMnews) - L'oxygénothérapie à haut débit administrée à l'aide d'une canule nasale (HFNC) n'a pas permis de réduire le recours à la ventilation non invasive chez des nourrissons atteints d'une bronchiolite modérée, dans un essai clinique français.
Depuis plus d'une dizaine d'années, l'oxygénothérapie à haut débit a émergé comme une nouvelle approche thérapeutique pour apporter une assistance ventilatoire aux enfants avec une bronchiolite modérée à sévère, rappellent le Dr Philippe Durand de l'hôpital Bicêtre au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne, AP-HP) et ses collègues dans un article publié dans European Respiratory Journal (ERJ).
Cependant, les données disponibles ne permettent pas de démontrer que l'initiation précoce de l'oxygénothérapie à haut débit aux urgences pédiatriques ou dans les services généraux permet de réduire le risque d'insuffisance respiratoire aiguë nécessitant une plus grande assistance respiratoire.
Dans l'étude multricentrique BRONCHOPTI, 268 nourrissons de moins de 6 mois, avec une bronchiolite modérée (score modifié WCAS supérieur à 2 points) ont été inclus dans 17 services pédiatriques d'urgences ou généraux dans des établissements hospitaliers de la région parisienne puis randomisés en ouvert entre l'oxygénothérapie à haut débit à 3 L/kg/min ou une oxygénothérapie classique.
Le critère principal d'évaluation était la proportion de patients en échec de traitement après 7 jours nécessitant une escalade thérapeutique, le plus souvent une ventilation non invasive, soit 14% des patients recevant l'oxygénothérapie à haut débit et 20% de ceux en oxygénothérapie conventionnelle, mais sans différence statistiquement significative.
La part des enfants admis en réanimation pédiatrique était de respectivement 15% et 19% mais là encore sans différence significative.
L'oxygénothérapie à haut débit a été globalement bien tolérée, cependant trois enfants ont développé un pneumothorax avec une évolution positive spontanée. Pour les médecins, cet événement indésirable potentiellement grave pouvait être en lien avec le traitement.
Globalement, ces données ne sont pas en faveur d'un usage d'emblée et en routine de l'oxygénothérapie à haut débit à 3 L/kg/min chez le nourrisson présentant une bronchiolite modérée. D'autres études sont nécessaires pour déterminer dans quelles conditions ce traitement pourrait être utilisé de manière optimale, concluent les chercheurs.
(ERJ, édition en ligne du 16 juillet)
ld/ab/APMnews

[LD4QDZALL]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi