dépêche

 - 

DMLA: le niveau de variation d'épaisseur de la rétine associé à l'efficacité des anti-VEGF

Mots-clés :
WASHINGTON, 7 septembre 2020 (APMnews) - Le niveau de variation de l'épaisseur de la rétine d'un examen à l'autre durant le traitement par anti-VEGF de la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) néovasculaire est associé à l'efficacité du traitement, selon une étude publiée dans le JAMA Ophthalmology.
Il s'agit d'une analyse a posteriori des études CATT et IVAN qui comparaient le bévacizumab (Avastin*, Roche) et le ranibizumab (Lucentis*, Novartis).
Mais dans cette analyse, ce n'est pas l'effet de chaque médicament qui était étudié mais la valeur pronostique du niveau de variation de l'épaisseur au centre de la fovéa d'une consultation à l'autre.
Les chercheurs ont étudié au total 1.731 patients. Ils ont séparé les patients en 4 groupes (quartiles) en fonction du niveau de variation de l'épaisseur fovéolaire centrale.
Par rapport au premier quartile (niveaux de variations les plus faibles), à 2 ans le risque de fibrose était augmenté de 40% dans le 2e quartile, de 50% dans le 3e quartile et de 95% dans le 4e quartile.
Le risque d'atrophie géographique était augmenté de 32% dans le 2e quartile, de 38% dans le 3e quartile et plus que doublé dans le 4e quartile. La proportion de patients développant une atrophie géographique était de 17,2% dans le 1er quartile et montait à 26,9% dans le 4e.
Par rapport au 1er quartile, la meilleure acuité visuelle avec correction était diminuée de 2,7 dans le 2e quartile, 3 dans le 3e quartile et 6,3 dans le 4e quartile.
Ces moins bons résultats avec une plus grande variabilité de l'épaisseur de la rétine sont obtenus alors même que, avec un protocole de type pro re nata (PRN), les yeux avec une plus grande épaisseur fovéolaire centrale ont eu plus d'injections, notent Rebecca Evans de l'université de Bristol au Royaume-Uni et ses collègues.
Les chercheurs concluent sur la nécessité d'avoir des traitements de plus longue durée d'action, ou des dispositifs de libération prolongée des traitements actuels, ce qui pourrait aider à limiter la variation d'épaisseur de la rétine sous traitement par anti-VEGF.
Dans l'attente, cette étude montre déjà que la variabilité de l'épaisseur de la rétine constitue un marqueur de pronostic pour les patients souffrant de DMLA sous traitement.
(JAMA Ophthalmology, publication en ligne du 20 août)
fb/ab/APMnews

[FB6QGA3TC]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi