dépêche

 - 

Covid-19: la situation de Paris, qui a dépassé le seuil d'alerte maximal, sera réévaluée dimanche

PARIS, 1er octobre 2020 (APMnews) - Paris a dépassé les seuils d'alerte pour les trois indicateurs clefs de circulation du Covid-19, mais le ministre des solidarités et de la santé Olivier Véran a précisé jeudi, lors d'une conférence de presse à l'hôpital Bichat (AP-HP, Paris), qu'il attendrait dimanche pour voir si cette dynamique se confirmait, et envisager éventuellement de renforcer les mesures sanitaires applicables dans la capitale et la petite couronne.
Olivier Véran a débuté la conférence de presse en comparant la dynamique épidémique actuelle à celle du printemps, rappelant qu'alors, toutes les semaines, "10 malades en contaminaient 30". "Actuellement 10 en contaminent 13", a-t-il pointé. Le temps de doublement est par ailleurs passé de 3 jours à 15 jours.
"C'est nettement mieux, mais le virus circule [...]. Si chacun d'entre nous est extrêmement vigilant dans les actes du quotidien, alors nous serons à nouveau en mesure de faire reculer le virus", a-t-il poursuivi.
Mais le ministre a aussi estimé que la France se trouvait dans une "phase d'aggravation qui met en tension le système de santé" et qu'à ce titre, nous devions "redoubler d'efforts" et envisager de nouvelles dispositions.
Il a rappelé qu'il avait pris, la semaine dernière, des mesures sanitaires différenciées selon les territoires en fonction de trois niveaux d'alerte, reposant sur trois critères: le taux d'incidence en population générale, le taux d'incidence chez les personnes âgées de 65 ans et plus, et la part des patients Covid-19 dans les services de réanimation (cf dépêche du 23/09/2020 à 23:16). Sur la base de ces critères, les territoires où le virus circule activement sont classés en trois catégories: alerte, alerte renforcée, et maximale.
Il a constaté que les départements où le virus circule peu étaient désormais "très peu nombreux".
La semaine dernière, 69 départements étaient en zone d'alerte. Sur un tableau affiché jeudi soir, trois départements sont ajoutés à cette liste: l'Yonne, la Corrèze et les Hautes-Alpes. Dans ces zones, les rassemblements festifs et familiaux de plus de 30 personnes sont proscrits.
Dans les zones en alerte renforcée, "les mesures de gestion" rappelées par le ministre sont l'interdiction des rassemblements de plus de 1.000 personnes, tout rassemblement sur la voie publique au-delà de 10 personnes "sauf exception", ainsi que la fermeture des salles de sport et des bars à partir de 22h.

Dégradation à Lille, Lyon, Saint-Etienne, Toulouse et Grenoble

Parmi les villes en alerte renforcée la semaine dernière, la situation de Bordeaux, Nice et Marseille s'est améliorée, a commenté Olivier Véran. En revanche, celle de cinq autres villes s'est dégradée.
Il s'agit de Lille, Lyon, Grenoble, Toulouse et Saint-Etienne:
  • à Lille,
    Source: conférence de presse d'Olivier Véran, 1er octobre 2020
    Source: conférence de presse d'Olivier Véran, 1er octobre 2020
    le taux d'incidence a atteint 297/100.000 en population générale, 165/100.000 chez les plus de 65 ans et la part d'occupation des lits de réanimation est de 25% (inférieur au seuil d'alerte de 30%)
  • à Lyon, le taux d'incidence est de 255/100.000 en population générale et de 146/100.000 chez les personnes âgées, alors que le taux d'occupation des lits de réanimation est de 26%
  • à Grenoble, le taux d'incidence est à 283/100.000 en population générale et de 135/100.000 chez les plus de 65 ans alors que 26% des patients en réanimation sont hospitalisés pour Covid-19
  • à Saint-Etienne, où la part de patients en réanimation est identique, les incidences sont respectivement de 223/100.000 et 158/100.000
  • le ministre n'a pas détaillé les données relatives à Toulouse.
Il n'a pas annoncé de renforcement des mesures sanitaires dans ces cinq villes, mais a prévenu que si les dispositions mises en place depuis le week-end dernier ne produisent "pas suffisamment d'effets sur la situation épidémique", en particulier sur les entrées en réanimation, "nous pourrions être amenés à placer ces territoires en zone d'alerte maximale".

Le cas de Paris et la petite couronne

Dans les dernières 24 heures, Paris a franchi les trois seuils qui peuvent correspondre à la zone dite d'alerte maximale, a détaillé le ministre.
Source: conférence de presse Olivier Véran, jeudi 1er octobre 2020
Source: conférence de presse Olivier Véran, jeudi 1er octobre 2020
Les taux d'incidence sont respectivement de 263/100.000, de 105,8/100.000 (65 ans et +) et la part d'occupation des lits de réanimation oscille entre 30% et 35% (pour Paris).
"Ce franchissement des seuils, nous avons besoin de le confirmer dans les tous prochains jours. Si ça devait se confirmer, nous n'aurions pas d'autres choix que de placer Paris et la petite couronne en zone d'alerte maximale, et ce dès lundi", a-t-il annoncé.
Il a expliqué que les indicateurs seraient donc réexaminés dimanche, avec la maire de Paris et l'ensemble des élus concernés. "Si la dynamique ne s'est pas infléchie et que les données sont consolidées, nous prendrions ensemble, dès lundi, les mesures qui s'imposent", a répété le ministre.

Amélioration dans les délais d'obtention des résultats des PCR

Par ailleurs, 13 millions de tests RT-PCR de diagnostic du Sars-CoV-2 ont été réalisés depuis le début de l'épidémie, a annoncé Olivier Véran lors de cette conférence de presse, soulignant des "efforts de diagnostic sans précédent" et des investissements "massifs", notamment dans les plateformes d'analyse PCR.
Plus de 60% des cas positifs détectés par ces tests sont asymptomatiques, ce qui "légitime totalement notre stratégie de tests grand public", a-t-il estimé.
S'il a reconnu qu'il existait "des tensions pour accéder à un test et avoir le résultat" à cause d'une "très forte demande", le ministre a indiqué que 75% des résultats étaient rendus en moins de 48 heures, citant des chiffres de la direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees).
"C'est plus que la semaine dernière", a-t-il affirmé. Pour rappel, il avait annoncé le 23 septembre que 55% des résultats étaient rendus dans les 36 heures, et près des deux tiers dans les 48 heures (cf dépêche du 23/09/2020 à 23:16).
De plus, 10.000 tests ont été réalisés la semaine dernière auprès des publics prioritaires et "tous les résultats sont rendus dans les 48 heures", a fait savoir le ministre. "Cette semaine, ce seront 20.000 tests qui auront été réalisés avec des résultats qui auront été rendus en moyenne dans les 36 heures", a-t-il indiqué.
"La situation va continuer de s'améliorer", a espéré Olivier Véran, qui compte notamment sur le déploiement des tests antigéniques. "Nous sommes en train de travailler avec la Haute autorité de santé [HAS] pour connaître les stratégies précises de déploiement" de ces tests, a-t-il émis. L'avis favorable rendu par l'autorité à leur utilisation chez les patients symptomatiques (cf dépêche du 25/09/2020 à 16:56) "permettra de s'appuyer sur les médecins libéraux et sur les pharmaciens pour pouvoir réaliser des prélèvements quand le moment sera venu", a-t-il indiqué.
vib-mjl/rm/vl/APMnews polsan-une

[VIB3QHJ2ID]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi