dépêche

 - 

Covid-19: la FHF réclame une "meilleure communication" des données épidémiologiques aux établissements

PARIS, 5 octobre 2020 (APMnews) - Le président de la Fédération hospitalière de France (FHF), Frédéric Valletoux, réclame que les données épidémiologiques sur le Covid-19 soient diffusées plus fréquemment aux établissements et que le "pilotage national", assuré à ce sujet, soit clarifié, dans une lettre adressée à Olivier Véran, dont APMnews a eu copie.
Dans cette lettre, datée du 2 octobre, Frédéric Valletoux observe que "depuis plusieurs semaines, notre système de santé se trouve à nouveau confronté à la circulation active du virus [Sars-CoV-2] sur le territoire national". "Contrairement à ce qui avait été observé au printemps, le virus est cette fois très présent dans l’ensemble des régions".
"Les organisations hospitalières font face à des tensions très fortes et croissantes pour accueillir l’ensemble des patients Covid et non Covid dont l’état de santé nécessite une hospitalisation, voire une admission en réanimation", souligne Frédéric Valletoux.
Alors que "la tendance est à une dégradation de la situation", les établissements "doivent pouvoir anticiper le plus tôt possible les mesures à prendre pour adapter leurs organisations", explique-t-il. Or "cette anticipation repose largement sur les prévisions épidémiologiques et les projections de leurs effets sur le système hospitalier, qui sont d’ores et déjà produites par plusieurs organismes nationaux".
"Pourtant, à ce jour et malgré nos alertes et demandes répétées depuis avril dernier, force est de constater qu’un défaut d’information important existe en matière d’évolution de l’épidémie et de projection sur les capacités hospitalières", dénonce le président de la FHF.
"Le pilotage national demeure éclaté, peu transparent et les données produites par les centres épidémiologiques ne sont pas suffisamment partagées avec les acteurs de terrain", pointe-t-il également.
Il explique que sur le plan national, "les données produites notamment par Santé publique France et l’Institut Pasteur ne sont que très partiellement transmises aux établissements et aux régions". Et celles qui sont effectivement transmises "le sont avec un retard préjudiciable" ainsi qu'avec "un manque de clarté sur la méthodologie retenue, ses paramètres et limites", ce qui "ne favorise pas leur appropriation".
S'agissant de la situation régionale, il observe que "si plusieurs ARS [agences régionales de santé] s’attachent à partager l’information à leur disposition avec les acteurs de terrain, cette démarche n’est pas encore systématique".
"Surtout, plusieurs sources de données et modèles de projection semblent coexister dans les régions, parfois issues du niveau national (institut Pasteur, Santé publique France), parfois produites par les régions elles-mêmes, sans qu’une approche claire et cohérente entre les régions ait été définie", regrette-t-il.
Alors que la FHF avait "alert[é]" sur ce point "dès le 28 avril" et a ré-évoqué ce sujet lors d'une réunion avec le premier ministre le 30 septembre, aucun "changement de paradigme" n'est intervenu à cette date, souligne Frédéric Valletoux.
"Je vous écris donc pour vous demander une meilleure communication des informations aux établissements en diffusant au plus tôt et de la façon la plus fréquente possible toutes les données disponibles au sujet de l’évolution de l’épidémie, et une clarification du pilotage national à ce sujet", déclare-t-il à l'intention du ministre des solidarités et de la santé.
"Ces données, mêmes imparfaites et sans prétention à prédire l’avenir, sont essentielles pour les établissements qui ont besoin de connaître les tendances des semaines à venir afin d’adapter au mieux leurs organisations et limiter au maximum les déprogrammations de soins de patients non Covid, dont on connait tous les dommages et effets négatifs", insiste-t-il.
san/cd/APMnews

[SAN5QHOH0E]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi