dépêche

 - 

Une résolution de la NASH observée chez une partie des patients 5 ans après chirurgie bariatrique

PARIS, 20 octobre 2020 (APMnews) - Chez une partie des patients atteints d'une stéatohépatite non alcoolique (NASH) et obèses, cinq après la chirurgie bariatrique, une résolution de la maladie hépatique est observée, selon des données observationnelles françaises, présentées à la presse à l'occasion du Paris NASH Meeting, organisé en virtuel jeudi et vendredi.
Ces résultats sont publiés dans le numéro d'octobre de la revue Gastroenterology .
Le Pr Philippe Mathurin, du CHU de Lille, dernier auteur de l'article, les a présentés lors d'une conférence de presse organisée mardi.
La chirurgie de l'obésité est associée à d'importantes améliorations métaboliques et hépatiques chez les patients atteints de NASH. Toutefois, l'amélioration à long terme de la maladie hépatique n'est pas bien documentée.
L'équipe lilloise a inclus 180 patients atteints d'obésité sévère et présentant une NASH dont le diagnostic était confirmé par biopsie hépatique opérés par chirurgie bariatrique au sein de l'établissement. Ils ont suivi l'évolution de la maladie hépatique au moyen de biopsies réalisées 1 an et 5 ans après l'intervention chirurgicale.
Toutefois, les biopsies ont été effectuées chez 125 patients des 169 patients (76%) toujours inclus à un an et 64 des 94 personnes qui participaient toujours à l'étude à 5 ans (68%).
Les données 5 ans après la chirurgie étaient donc disponibles pour seulement 35% des patients opérés, note-t-on.
Le principal critère d'évaluation de l'étude était la résolution de la NASH sans aggravation de la fibrose à 5 ans.
Ce résultat a été observé chez 64 patients, soit 84%, soulignent les auteurs. La fibrose avait régressé chez 70% des patients. Elle avait disparu chez 56% des patients et chez 45,5% de ceux qui, à l'inclusion, présentaient une fibrose extensive.
La persistance de la NASH était corrélée à une absence de régression de la fibrose et une moindre perte de poids.
Les auteurs ont constaté que la réduction de la fibrose était progressive: elle débutait au cours de la première année et se poursuivait pendant les 5 ans de l'étude.
Des données observationnelles françaises montrant une persistance de la fibrose à distance, chez environ la moitié des patients, avaient été présentées par une équipe de la Pitié-Salpétrière (AP-HP, Paris) lors du congrès de l'American Association for the Study of Liver Diseases (AASLD) en 2019, rappelle-t-on (cf dépêche du 08/11/2019 à 16:10).
Au vu des résultats observés au CHU de Lille, le Pr Mathurin a estimé qu'il fallait désormais se demander s'il convenait d'étendre les indications de la chirurgie bariatrique.
Dans le cadre d'un PHRC est actuellement mené un essai randomisé multicentrique français comparant la chirurgie bariatrique à un traitement médical chez des patients avec un indice de masse corporelle de 30-35 kg/m² et présentant une "fibrose extensive, à risque très élevé de cirrhose", a précisé le Pr Mathurin. C'est la première fois que la chirurgie bariatrique est évaluée dans un essai randomisé dans cette indication.
Des résultats sont attendus d'ici trois ans.
(Gastroenterology, vol. 159, n°4, p1290-1301)
vib/nc/APMnews

[VIB4QII6H4]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi