dépêche

 - 

Covid-19: une petite majorité de Français a l'intention de se faire vacciner (enquête SPF)

SAINT-MAURICE (Val-de-Marne), 4 décembre 2020 (APMnews) - Une enquête menée début novembre par Santé publique France (SPF) révèle que 53% des Français interrogés ont l'intention de se faire vacciner contre le Covid-19, un taux qui augmente notamment avec l'âge.
Ce taux est "en baisse par rapport au mois de juillet", avertit l'agence sanitaire dans son bulletin épidémiologique sur le Covid-19, mis en ligne jeudi soir.
L'enquête CoviPrev, menée de façon répétée auprès d’échantillons indépendants d'au moins 2.000 Français de 18 ans et plus, avait en effet révélé qu'à la fin juillet (vague 13, soit du 20 au 22 juillet), 64% des répondants avaient l'intention de se faire vacciner contre le Covid-19 (cf dépêche du 31/07/2020 à 15:53). Les réticents rapportaient craindre que les vaccins ne soient pas sûrs (67%), préférer d’autres moyens de prévention de type gestes barrières (33%) ou encore être contre la vaccination en général (18%).
SPF ne fournit pas de précisions sur les réticences des personnes ayant répondu début novembre (vague 17, du 4 au 6 novembre 2020), soit quelques jours avant la diffusion des toutes premières données d'efficacité de plusieurs candidats vaccins contre le Covid-19, note-t-on.
En revanche, elle rapporte que l'intention de se faire vacciner était plus importante chez les hommes (64%) que chez les femmes (44%) et qu'elle augmente avec l'âge, notamment à partir de 50 ans (58% chez les 50-64 ans et 72% chez les 65 ans et plus, contre 46% chez les 18-24 ans, 33% chez les 25-34 ans et 47% chez les 35-49 ans).
Le gouvernement a présenté jeudi les trois étapes de la campagne nationale de vaccination contre le Covid-19, qui va concerner dans un premier temps les populations les plus âgées, rappelle-t-on (cf dépêche du 03/12/2020 à 22:36).
L'intention de se faire vacciner était également plus élevée chez les catégories socioprofessionnelles (CSP) + (60%) que chez les CSP- (47%) ou chez les inactifs (45%).
SPF fait également état des données de l'enquête "professionnels de santé, prévention et Covid-19", qui a été menée du 13 octobre au 5 novembre auprès de 1.509 professionnels de santé libéraux représentatifs et résidant en France métropolitaine.
La plupart d'entre eux, soit 88%, "conseilleraient à leurs patients de se faire vacciner" contre le Covid-19.
En revanche, la proportion de répondants disant vouloir se faire vacciner contre ce virus était plus faible: 68%. Il y avait des différences importantes entre les professions, ce taux étant de 80% pour les médecins généralistes et les pharmaciens contre 55% pour les infirmiers et un peu plus de 60% pour les kinésithérapeutes et les sages-femmes.
Lors de la première vague épidémique, 77% des soignants avaient l'intention de se faire vacciner contre le Covid-19 si un vaccin était disponible, selon une étude du CHU de Saint-Etienne (cf dépêche du 03/12/2020 à 15:08). La méthodologie employée était néanmoins différente, note-t-on.
"L’adhésion des professionnels de santé est essentielle alors que la perspective d’une vaccination se rapproche et que les Français semblaient en novembre plus réticents à se vacciner qu’en juillet", commente SPF. "Il sera important de mettre en oeuvre les modes de communication vis-à-vis des professionnels de santé et du grand public pour accompagner la stratégie vaccinale."
L'enquête CoviPrev, qui porte également sur l'adoption des mesures de prévention par les Français et sur leur santé mentale, ne met pas en évidence d'évolution majeure entre début novembre (vague 17, cf dépêche du 13/11/2020 à 13:41) et fin novembre (vague 18, du 23 au 25 novembre). La seule évolution significative a trait aux rassemblements festifs, qui étaient fin novembre évités par 82% des répondants contre 79% début novembre.

"Baisse importante" de tous les indicateurs épidémiologiques

Le bulletin fait par ailleurs état d'une "baisse importante", au cours de la semaine du 23 novembre, de l'ensemble des indicateurs épidémiologiques de circulation du Sars-CoV-2 en France. Les niveaux restent toutefois "élevés", avec encore plus de 10.000 nouveaux cas de Covid-19 recensés chaque jour, ce qui "témoigne d’une épidémie toujours présente sur le territoire", note l'agence sanitaire.
Par rapport à la semaine du 16 novembre, le nombre de nouveaux cas de Covid-19 (confirmés par RT-PCR et tests antigéniques) a baissé de 34%, avec 75.096 cas recensés la semaine du 23 novembre, et le taux de positivité des tests a diminué de 2,3 points (10,7% contre 13%). Le taux de reproduction R effectif (données Sidep issues des RT-PCR) reste inférieur à 1 en métropole, estimé à 0,58.
Le nombre d'admissions à l'hôpital (9.382) et en réanimation (1.391) de patients Covid-19 a respectivement baissé de 31% et 33%. De même que celui des passages aux urgences (5.374, -29%) et des actes SOS Médecins (2.394, -20%) pour suspicion de Covid-19.
Le nombre de décès hebdomadaires de patients Covid-19 a baissé de 25%, avec 2.928 recensés la semaine du 23 novembre contre 3.889 la semaine précédente.
Il est à noter que le virus continue de circuler principalement chez les personnes de 75 ans et plus, comme observé depuis la semaine du 9 novembre (cf dépêche du 27/11/2020 à 12:03). Le taux d’incidence était de 189 cas pour 100.000 habitants chez les 75+, contre 96/100.000 pour l'ensemble de la population.
Evolution temporelle de la proportion des personnes-contacts à risque âgées de 65 ans et plus suivant l’âge de leur cas index, du 27 juillet au 29 novembre (source: bulletin SPF)
Evolution temporelle de la proportion des personnes-contacts à risque âgées de 65 ans et plus suivant l’âge de leur cas index, du 27 juillet au 29 novembre (source: bulletin SPF)
SPF fait par ailleurs état, pour la première fois, de données sur l'âge des personnes-contacts des patients index, pour la période allant de fin juillet (semaine 31) à fin novembre (semaine 48). Les données révèlent que les patients les plus jeunes ont eu, en proportion, peu de personnes-contacts à risque de 65 ans et plus sur l'ensemble de cette période.
Fin novembre, seuls 8% des personnes-contacts des cas index de 45-64 ans avaient 65 ans et plus. Cette proportion était inférieure à 5% lorsque les cas index avaient moins de 45 ans. Elle montait en revanche à quelque 35% pour les patients Covid-19 de 65-74 ans et de 75 ans et plus.
Sur le plan pédiatrique, SPF rapporte que le nombre total de signalements de syndromes inflammatoires multi-systémiques (PIMS) effectués entre le 1er mars et le 29 novembre s'établit à 287, dont 228 en lien possible, probable ou confirmé avec le Covid-19.
L'agence établit en outre un nouveau bilan du nombre de professionnels en établissements de santé infectés par le Sars-CoV-2. Depuis le dernier bilan publié début novembre (cf dépêche du 06/11/2020 à 15:06), 9.777 cas ont été déclarés, portant à 54.058 le nombre de personnels infectés entre le 1er mars et le 30 novembre. L'agence sanitaire recense un décès supplémentaire lié au Covid-19 survenu début juin chez un aide-soignant travaillant en établissement de santé, ce qui porte le nombre de décès déclarés à 18.
sb/hc/APMnews

[SB2QKT4JY]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi