dépêche

 - 

Echec de la transplantation fécale pour traiter l'obésité chez des adolescents

WASHINGTON, 21 décembre 2020 (APMnews) - La transplantation fécale n'a pas entraîné de réduction du poids chez des adolescents obèses, dans un essai clinique randomisé publié lundi dans JAMA Network Open.
La transplantation fécale est évaluée dans de nombreuses indications et a démontré son intérêt dans l'infection récidivante à Clostridium difficile.
Des données encourageantes obtenues chez l'animal ont conduit à évaluer la transplantation fécale dans l'obésité chez l'homme. Cinq études ont évalué l'impact de la transplantation de microbiote fécale sur la sensibilité à l'insuline et sa sécurité chez des adultes obèses. Une amélioration transitoire de la sensibilité à l'insuline a été observée dans deux d'entre elles. Dans aucun de ces essais la perte de poids était le principal critère d'évaluation (cf dépêche du 09/05/2019 à 18:00).
Karen Leong de l'université d'Auckland (Nouvelle-Zélande) et ses collègues ont souhaité savoir si la transplantation fécale était susceptible d'entraîner une perte de poids chez des adolescents obèses et pouvait améliorer leurs paramètres métaboliques.
Ils ont conduit un essai randomisé contrôlé en double aveugle auprès d'adolescents de 14-18 ans présentant un indice de masse corporelle (IMC) de 30 kg/m² ou plus en Nouvelle-Zélande.
La veille de l'intervention, une solution de lavement intestinal était administrée à tous les participants. Le microbiote intestinal était issu de 8 donneurs sains. Il était encapsulé et administré par voie orale en 28 gélules gastrorésistantes ingérées sur deux jours. Dans le groupe contrôle, les participants recevaient des gélules placebo. Un suivi de 26 semaines était ensuite assuré.
Les investigateurs ont randomisé 87 participants, de 17,2 ans en médiane.
Il n'a été constaté aucun impact de la transplantation fécale sur l'indice de masse corporelle à 6 semaines (critère principal), ni sur la sensibilité à l'insuline, le profil lipidique, la fonction hépatique, les marqueurs inflammatoires et la pression artérielle.
Une réduction de l'adiposité abdominale a été constatée. Le rapport masse grasse androïde/masse grasse gynoïde a significativement diminué dans le groupe transplantation fécale au cours du suivi. La baisse observée correspond à une baisse de 2% à 3% de la proportion de graisse abdominale.
Une analyse en sous-groupe suggère un bénéfice sur le syndrome métabolique.
Aucun effet secondaire grave n'a été rapporté.
(JAMA Network Open, publication en ligne du 21 décembre)
vib/ab/APMnews

[VIB3QLOPWA]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi