dépêche

 - 

Covid-19: absence de virémie maternelle et expression des récepteurs expliquent la rareté de la transmission materno-foetale

WASHINGTON, 22 décembre 2020 (APMnews) - Une quasi-absence de virémie maternelle et une faible co-expression des récepteurs placentaires du virus ont été observés dans les grossesses positives au Sars-CoV-2, des caractéristiques qui peuvent expliquer la rareté de la transmission materno-foetale du virus, selon une étude américaine publiée dans JAMA Network Open.
Le risque de transmission verticale du Sars-CoV-2 semble faible d'après les données publiées jusqu'à présent, mais on manque de données biologiques concernant la réponse immunitaire maternelle, la transmission verticale et l'infection placentaire, ainsi que sur les corrélats biologiques de la sévérité de l'infection maternelle, soulignent Andrea Edlow du Massachusetts General Hospital, Harvard Medical School à Boston et ses collègues.
Ils ont étudié la charge virale des femmes infectées pendant la grossesse, la réponse anticorps, le transfert transplacentaire de ces anticorps et la pathologie placentaire, au sein d'une cohorte de 127 femmes enceintes, dont 64 présentant une infection au Sars-CoV-2 confirmée par RT-PCR, et 63 ayant un test RT-PCR négatif.
Parmi les femmes infectées, 36% étaient asymptomatiques, 34% avaient une forme légère de Covid-19, 11% une forme modérée, 16% une forme sévère et 3% étaient à un stade critique.
Les analyses de la charge virale pratiquées sur 107 participantes n'ont montré aucune virémie détectable dans le sang maternel ni dans le sang de cordon. Il n'y avait aucun signe de transmission verticale.
Parmi 77 nouveau-nés testés, avec des anticorps anti-Sars-CoV-2 quantifiés dans le sang de cordon, 1 seul avait des IgM détectables, dirigées contre la nucléocapside.
Aucun ARN du virus n'a été détecté dans 88 placentas testés.
Des analyses d'anticorps ont été réalisées chez 37 participantes infectées par le Sars-CoV-2. Des IgG dirigées contre le domaine de liaison du récepteur ont été détectées chez 65% d'entre elles, et des IgG contre la nucléocapside chez 70%.
Le transfert des anticorps anti-Sars-CoV-2 de la mère au nouveau-né était très réduit par rapport au transfert des anticorps anti-HA de la grippe. Le niveau de transfert de ces anticorps n'était pas significativement différent selon la sévérité de l'infection maternelle, ni selon la présence de comorbidités.
Par ailleurs, les 2 récepteurs du virus nécessaires à l'entrée de celui-ci dans les cellules, ACE2 et TMPRSS2, étaient peu co-exprimés et colocalisés, au niveau du placenta, et le niveau d'expression du TMPRSS2 était faible.
Ainsi, pour les auteurs, l'absence de virémie maternelle et le profil de distribution des récepteurs du virus au niveau du placenta pourraient jouer un rôle protecteur contre la transmission verticale du virus.
Toutefois, l'absence ou le faible transfert transplacentaire des anticorps anti-Sars-CoV-2 laisse les nouveau-nés à risque de contracter l'infection, préviennent-ils.
"Ces résultats peuvent immédiatement informer la prise en charge clinique et les stratégies de développement et de déploiement de vaccins, afin de maximiser les bénéfices pour les femmes enceintes et leurs nouveau-nés", concluent-ils.
(JAMA Network Open, publication en ligne du 22 décembre)
cd/ab/APMnews

[CD8QLQRUY]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi