dépêche

 - 

Covid-19: plus de la moitié des contaminations seraient dues à des personnes sans symptômes (modélisation)

WASHINGTON, 7 janvier 2021 (APMnews) - Plus de la moitié des cas de contamination par le Sars-CoV-2 seraient imputables à des personnes ne présentant pas de symptômes (présymptomatiques et asymptomatiques) au moment de la transmission, selon une étude de modélisation publiée jeudi dans JAMA Network Open.
De plus en plus de données montrent qu'à l'inverse du Sars-CoV (responsable du Sras), le Sars-CoV-2 peut être transmis par des personnes sans symptômes, soulignent Michael Johansson des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) américains à Atlanta (Géorgie) et ses collègues.
"Néanmoins, les mesures prises pour réduire les cas de transmission imputables aux personnes sans symptômes de Covid-19 sont devenues controversées et politisées, et elles ont probablement conduit à des effets négatifs sur l'économie et sur de nombreuses activités sociales", ajoutent-ils.
Déterminer la part des contaminations liées à des personnes sans symptômes est donc, selon eux, "fondamental" pour prioriser les pratiques et stratégies de contrôle de l'épidémie.
Les chercheurs ont pour cela conduit un travail de modélisation dans lequel ils ont considéré que la période d'incubation était de 5 jours en médiane (sur la base d'une méta-analyse) et que la période infectieuse s'étalait sur 10 jours.
Dans leur modèle de base, ils sont partis du principe que 30% des personnes contaminées ne développent jamais de symptômes et que leurs capacités infectieuses sont réduites d'un quart par rapport à celles d'une personne symptomatique.
Ils ont ainsi estimé que 59% des cas de transmission du Sars-CoV-2 étaient dus à des personnes n'ayant pas de symptômes. Plus précisément, 35% des transmissions étaient dues à des personnes présymptomatiques et 24% à des personnes totalement asymptomatiques.
Dans la plupart des scénarios testés (avec décalage du pic d'infectiosité et/ou variation de la part des transmissions dues à des personnes totalement asymptomatiques et/ou capacités infectieuses plus ou moins élevées), les chercheurs ont constaté que la part des transmissions imputables à des personnes ne présentant pas de symptômes était d'au moins 50%.
Ils concluent de cette modélisation que plus de la moitié des transmissions seraient dues à des personnes sans symptômes au moment de la contamination.
"Ces résultats suggèrent que les mesures telles que le port du masque, l'hygiène des mains, la distanciation sociale et un dépistage stratégique des personnes qui ne sont pas malades seront fondamentales pour ralentir la propagation du Covid-19 jusqu'à ce que des vaccins sûrs et efficaces soient disponibles et généralisés", ajoutent-ils.
(JAMA Network Open, publication en ligne du 7 janvier)
sb/ab/APMnews

[SB5QMKD3B]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi