dépêche

 - 

Echec d'un anticorps pour prévenir l'infection par le VIH dans deux essais de phase IIb

WAHSINGTON, 26 janvier 2021 (APMnews) - L'anticorps VRC01 n'a pas significativement réduit le risque d'infection par le VIH dans deux essais de phase IIb conduits chez des transgenres et des femmes, selon des résultats présentés lors de la conférence virtuelle de l'International Aids Society (IAS) axée sur la prévention HIV4P.
Ces résultats ont été diffusés mardi par les National Institutes of Health (NIH).
Les essais AMP (Antibody-Mediated Prevention) ont été lancés en 2016 pour tester l'intérêt d'anticorps neutralisants à large spectre qui sont retrouvés chez certaines personnes infectées par le VIH et peuvent prévenir l'infection par certaines souches de VIH de cellules humaines in vitro.
Globalement les deux essais ont inclus 4.600 personnes: des transgenres qui ont des relations sexuelles avec des hommes en Amérique et en Europe, où le sous-type B du VIH prédomine, et des femmes d'Afrique sub-saharienne, où c'est le sous-type C qui est prévalent.
Les NIH ont communiqué sur le fait que cet anticorps neutralisant VRC01 prévenait l'acquisition de souches du VIH sensibles à l'anticorps, pourtant les essais sont négatifs.
Les participants étaient randomisés en double aveugle entre 10 perfusions toutes les 8 semaines pendant 80 semaines de l'anticorps à deux doses différentes (30 ou 10 mg/kg), ou un placebo.
Globalement, l'anticorps n'a pas apporté de protection significative à 80 semaines, par rapport au placebo. Les investigateurs estiment que cet échec est lié au fait que les souches sensibles à cet anticorps ne représentent que 30% des souches circulant dans les régions où les essais ont été conduits.
L'essai HVTN 704/HPTN 085, mis en place en Suisse et sur le continent américain, a été conduit auprès d'hommes cisgenres et de transgenres séronégatifs ayant des relations sexuelles avec des hommes ou des transgenres.
Les investigateurs rapportent 32 infections par le VIH dans le groupe ayant reçu l'anticorps à 10 mg/kg, 28 dans le groupe 30 mg/kg et 38 dans le groupe placebo, soit des incidences respectives de 2,35 pour 100 personnes-années dans les groupes ayant reçu l'anticorps et de 2,98 pour 100 personnes-années dans le groupe placebo.
L'essai HVTN 703/HPTN 081 a été mené auprès de 1.924 femmes séronégatives en Afrique subsaharienne. Au cours de l'essai, 28 femmes ont été contaminées dans le groupe VRC01 à 10 mg/kg, 19 dans le groupe VRC01 à 30 mg/kg et 29 avec le placebo, soit des taux d'incidence de 2,49 pour 100 personnes-années avec VRC01 et 3,10 pour 100 personnes-années avec le placebo.
Des anticorps de nouvelle génération et des combinaisons sont actuellement évalués dans des essais cliniques de phase précoce.
vib/ab/APMnews

[VIB6QNJSC6]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi