dépêche

 - 

Les premières injections du vaccin d'AstraZeneca devraient débuter samedi (Jean Castex)

PARIS, 4 février 2021 (APMnews) - Les premières livraisons du vaccin d'AstraZeneca devaient avoir lieu "en fin de semaine" pour de premières injections à compter de samedi, a rapporté le premier ministre, Jean Castex, jeudi lors d'une conférence de presse aux côtés de plusieurs membres du gouvernement.
"La campagne de vaccination suit désormais un rythme très soutenu", a assuré le premier ministre, en faisant état de 100.000 injections quotidiennes sur les dernières 48h, "dont près de 70.000 en première injection".
Le chef du gouvernement a promis une accélération de la campagne vaccinale après l'avis favorable de la Haute autorité de santé (HAS) rendu mardi sur l'utilisation du vaccin d'AstraZeneca et de l'université britannique d'Oxford chez les adultes âgés de moins de 65 ans (cf dépêche du 02/02/2021 à 19:12), en faisant état de premières livraisons "en fin de semaine".
"Nous pourrons atteindre l’objectif de 4 millions de personnes ayant reçu leur première injection d’ici fin février", a-t-il annoncé, en indiquant que ce troisième vaccin homologué en Europe, après ceux de Pfizer/BioNTech et de Moderna, sera destiné dans un premier temps à l’ensemble des personnels de santé, puis aux personnes de 50 à 65 ans ayant des comorbidités et "enfin l’ensemble des personnes de 50 à 65 ans".
Lors de cette conférence de presse, le ministre des solidarités et de la santé, Olivier Véran, a annoncé que 250.000 doses du vaccin du laboratoire britannique seraient livrées vendredi en France, tandis que le premier ministre a indiqué que les injections débuteraient samedi dans les centres de vaccinations, avant d'associer les professionnels de ville fin février.

Quatre vaccins produits "dès les prochains mois" en France

Jean Castex a tenu à afficher sa compréhension sur les inquiétudes suscitées par la "déprogrammation de rendez-vous liée à un retard de livraison de doses par les laboratoires, en dépit des commandes contractualisée par l’Union européenne".
"La France et l’Europe agissent pour sécuriser nos approvisionnements en vaccins, déployer la production sur le territoire national et prévoir des étapes ultérieures", a-t-il assuré.
La ministre déléguée à l'industrie, Agnès Pannier-Runacher, a précisé de son côté le calendrier de lancement de la production de quatre vaccins ou candidats vaccins en France dans le cadre de contrat signés avec les façonniers Recipharm, Delpharm et Fareva: en mars pour le produit de Moderna, en avril pour celui de Pfizer-BioNTech, en mai pour CureVac et en juin pour Sanofi.
L'Élysée avait tablé mercredi sur une "augmentation forte des volumes [de doses] à disposition" à partir du troisième trimestre, rappelle-t-on (cf dépêche du 03/02/2021 à 16:03), après une réunion organisée la veille par le président de la République, Emmanuel Macron, avec plusieurs acteurs industriels sur la production de vaccins (cf dépêche du 02/02/2021 à 15:50).
"L’Union européenne a à ce jour commandé plus de 2,6 milliards de doses de vaccins", a rappelé Agnès Pannier-Runacher, en soulignant qu'il s'agissait de commandes "fermes". "L’essentiel de ces doses je le rappelle ont été sécurisées cet été pour près de 90% par l’Union européenne", a-t-elle appuyé, en faisant également état des "pré-accords" signés avec Novavax et Valneva (cf dépêche du 12/01/2021 à 16:53 et dépêche du 17/12/2020 à 14:49).

Des résultats au-delà des objectifs en janvier

"La route est encore longue mais nous avons déjà atteint et même dépassé les premiers objectifs que nous nous étions fixés", s'est félicité Jean Castex, en rappelant que près de 1,5 million de doses de vaccins contre le Covid-19 avaient été injectées depuis le début de la campagne en janvier (cf dépêche du 01/02/2021 à 10:27), "contre 1 million prévu initialement".
"Il est exact que d’autres pays ont démarré plus rapidement que nous, mais cela résulte d’un choix que nous assumons", a ajouté le premier ministre, en soulignant que la stratégie vaccinale nationale visait à cibler en priorité "les publics pour lesquels la mise en oeuvre de la vaccination est la plus délicate et la plus longue", comme les résidents d'établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et des unités de soins de longue durée (USLD).
Le chef du gouvernement a tenu à faire remarquer que ce public représentait les individus "les plus fragiles", avec 23.000 décès depuis le début de l’épidémie, "soit près d’un tiers des décès totaux alors qu’ils ne représentent que 1% de la population française".
Concernant la vaccination en Ehpad, Jean Castex a assuré que "d'ici la fin de la semaine, tous les résidents volontaires d’Ehpad auront reçu leur première injection", avec un taux d'adhésion de 70%. Ils devraient avoir reçu la seconde injection d'ici début mars.
"Nous assumons de respecter le délais de 3 à 4 semaines entre les deux injections des vaccins de Pfizer et Moderna", a-t-il complété, en écartant le "choix périlleux sur le plan sanitaire" d'espacer les deux injections pour favoriser les primo-injections.

1,7 million de rendez-vous supplémentaires pour des primo-injections

Le premier ministre a également souligné que deux millions de rendez-vous avaient déjà été pris pour les semaines à venir et que 1,7 million de rendez-vous supplémentaires seraient prochainement ouverts pour des premières injections: "500.000 rendez-vous fin février à compter de [vendredi] et 1,2 million pour le mois de mars dès le milieu de la semaine prochaine".
Il a ajouté "[qu']au moins 500.000 rendez-vous supplémentaires" seraient ouverts "sur le mois de mars une fois confirmées les dates de livraison" de doses.
Concernant le calendrier de la campagne vaccinale, Jean Castex a rappelé que les prochains objectifs étaient de vacciner toute les personnes volontaires de plus de 75 ans et de plus 50 ans atteintes de comorbidités d'ici fin avril, la population volontaire âgée de plus de 65 ans d'ici fin mai, et l'ensemble des adultes "d’ici la fin de l’été".
L'exécutif a également annoncé jeudi une "amplification" de la stratégie tester-alerter-protéger, sur la base notamment du déploiement d'opérations de dépistage massives dans les établissements scolaires en utilisant des tests salivaires (cf dépêche du 04/02/2021 à 21:08).
gl/rm/APMnews polsan-une

[GL1QO0NKR]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi