dépêche

 - 

Covid: plus de 67.000 professionnels de santé primo-vaccinés avec le produit d'AstraZeneca

PARIS, 17 février 2021 (APMnews) - Le ministère des solidarités et de la santé a fait savoir mercredi lors d'un point presse que, à mardi soir, 67.286 professionnels de santé de moins de 65 ans avaient reçu une injection du vaccin contre le Covid-19 d'AstraZeneca.
Une fois les besoins de cette population couverts, le vaccin sera proposé en ville aux personnes âgées entre 50 et 64 ans avec comorbidités, à partir du 25 février.
Les médecins de ville volontaires pour vacciner leurs patients avec les produits d'AstraZeneca ont été invités à se signaler auprès de leur officine de référence entre le vendredi 12 et le mercredi 17 février au soir. Mardi soir, 22.000 l'avaient fait, dont 21.500 médecins généralistes.
Chacun d'eux recevra un flacon du produit d'AstraZeneca contenant 10 doses, qu'ils iront chercher à l'officine et pourront administrer à leurs patients à partir du jeudi 25 février.
Les doses dont ils disposeront doivent arriver jeudi, et non mercredi comme initialement prévu, et ce sont finalement 550.000 doses qui seront livrées, contre 780.000 annoncées auparavant par le laboratoire. Le ministère de la santé assure que ce moindre approvisionnement sera rattrapé lors de la prochaine livraison, prévue le 28 février. "C'est dû à une raison d'échelonnage liée aux appareils de production des vaccins, qui sont en tension très forte", a-t-il indiqué.
Si le ministère de la santé pense qu'une "très grosse partie" des doses livrées jeudi seront utilisées par les médecins de ville, plusieurs possibilités sont à l'étude au cas où cela ne serait pas le cas. Soit donner la possibilité aux officinaux de faire des choix dans la répartition des doses entre médecins (en tenant compte du niveau de demande), soit leur demander de conserver les doses non écoulées pour les répartir à l'occasion de la prochaine livraison, ce qui permettrait d'attribuer plus d'un flacon par médecin.
Les médecins volontaires pour vacciner devront se signaler chaque début de semaine auprès de leur pharmacie référente afin de recevoir des doses.
La vaccination par les pharmaciens ne sera envisagée qu'une fois que le ministère disposera de suffisamment de données sur les approvisionnements, probablement "courant mars", a-t-il indiqué. Ils pourront alors vacciner les 50-64 ans sans comorbidités.

Changement de logistique en vue pour la vaccination en Ehpad

Parallèlement, la vaccination se poursuit en établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et dans les unités de soins de longue durée (USLD). Le 16 février, 74% de leurs résidents avaient reçu au moins une dose de vaccin et 32% avaient été entièrement vaccinés, sur environ 80% de volontaires à la vaccination.
Une fois l'ensemble des volontaires vaccinés, le ministère de la santé prévoit de mettre en place un nouveau mode de gestion de la campagne dans ces établissements, qui passera par "un système de type équipes mobiles" pour immuniser les nouvelles personnes volontaires et les nouveaux entrants et maintenir ainsi le taux de vaccination. "Ce sera un sujet qui ne sera jamais totalement derrière nous", a-t-il commenté.
Plus généralement, le ministère travaille à la structuration des dispositifs "d'aller vers", qui visent à faciliter l'accès à la vaccination aux populations les plus éloignées du système de santé, enclavées ou précaires.
Ainsi, sur 1,2 million de rendez-vous ouverts pour mars à ce jour, seuls 75% sont proposés par des centres de vaccination. 25% sont réservés à ces dispositifs permettant de "diversifier les vaccinations", par des équipes mobiles, des campagnes dans les résidences autonomie ou encore via les collectivités territoriales ou les centres d'actions sociales qui peuvent entrer en contact avec des populations spécifiques.
De nouveaux rendez-vous seront régulièrement ouverts en fonction des approvisionnements et de la visibilité donnée par les laboratoires. Le ministère ne s'est cette fois pas risqué à communiquer des chiffres sur les doses attendues, les volumes exacts et les dates de livraisons des produits Pfizer/BioNTech et Moderna n'étant pas encore connues.
Il maintient toutefois son objectif de 850.000 injections cette semaine, dont 280.000 primo-injections, et de 3 millions de doses injectées en février, dont 2 millions de premières. "En cumulé, à la fin du mois, on devrait arriver à 4,3 millions d'injections, dont 2,6 millions de primo", a indiqué le ministère.
Il s'est par ailleurs félicité d'avoir utilisé 85% des doses des vaccins Pfizer/BioNTech et Moderna reçues. Le ratio d'utilisation pour les produits d'AstraZeneca n'est pas encore connu.

J&J repousse déjà le premier approvisionnement prévu

L'horizon du mois d'avril a été plusieurs fois cité par le ministère, qui assure que la France disposera alors de "beaucoup de vaccins" et fera face à de nouveaux défis logistiques. Le vaccin mono-dose de Janssen (groupe Johnson & Johnson), sur lequel l'Agence européenne des médicaments (EMA) doit se prononcer dans la première quinzaine de mars, pourra permettre de diversifier encore davantage les circuits logistiques, grâce à sa facilité de conservation.
S'il est homologué, les premières livraisons sont attendues pour avril mais le laboratoire "n'exclut pas un décalage à mai", a indiqué le ministère de l'économie, des finances et de la relance, qui participait également au point presse. Ces retards ne remettent pas en cause les livraisons totales attendues pour le deuxième trimestre, a-t-il assuré.
Interrogé sur la répartition territoriale des doses, le ministère de la santé a affirmé que la règle restait de les distribuer en fonction de la part de population cible dans chaque département pour les vaccins Pfizer, et dans chaque région pour les produits Moderna. Il affirme que la règle est respectée, sauf exception dans les territoires très touchés comme la Bourgogne Franche-Comté et la Moselle, et que le choix des lieux de stockage des vaccins peut donner lieu à de mauvaises interprétations sur la réelle répartition.
mjl/eh/APMnews

[MJL6QOO3CR]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi