dépêche

 - 

Covid-19: 4e semaine consécutive de baisse de l'incidence chez les 75 ans et plus

SAINT-MAURICE (Val-de-Marne), 5 mars 2021 (APMnews) - L'incidence des infections par le Sars-CoV-2 chez les personnes de 75 ans et plus est apparue en baisse pour la 4e semaine consécutive, contrairement à ce qui est observé dans les autres classes d'âge, rapporte Santé publique France (SPF) dans son bulletin épidémiologique mis en ligne jeudi soir.
Cette amélioration des indicateurs épidémiologiques chez les 75 ans et plus "traduit l’effet protecteur du niveau de couverture vaccinale atteint dans cette population", commente SPF dans un communiqué diffusé vendredi.
Selon les données à mercredi, 26% des 75-79 ans et 30% des 80 ans et plus avaient reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19 (cf dépêche du 05/03/2021 à 10:52). Le virus circule également moins chez les résidents d'Ehpad et d'USLD (cf dépêche du 05/03/2021 à 10:40), qui sont désormais plus de 80% à être primo-vaccinés.
L'incidence à l'échelle nationale était en hausse de 7% la semaine du 22 février par rapport à la semaine précédente, avec 149.307 personnes testées positives et un taux de positivité des tests en hausse de 0,7 point.
Hormis les 75 ans et plus, qui affichaient une baisse de 7% de l'incidence par rapport à la semaine précédente, toutes les classes d'âges étaient concernées par cette hausse: +4% chez les 0-14 ans, +8% chez les 15-44 ans, +9% chez les 45-64 ans et +12% chez les 65-74 ans.
Evolution des taux d'incidence des cas de Covid-19 selon les classes d'âge, au 3 mars. Graphe: bulletin SPF
Evolution des taux d'incidence des cas de Covid-19 selon les classes d'âge, au 3 mars. Graphe: bulletin SPF
L'évolution du taux de positivité était similaire, en hausse dans toutes les classes d'âge (entre +0,4 et 2,5 points) sauf chez les 75 ans et plus (-0,3 point).
SPF rapporte que l'effet s'observait aussi au niveau hospitalier, avec une baisse depuis fin janvier du nombre d'hospitalisations et d'entrées en réanimation de patients de 75 ans et plus. La variation observée entre la semaine du 25 janvier et celle du 15 février atteignait ainsi respectivement -25% et -19%. Ces personnes restent toutefois les plus concernées par les hospitalisations (55% des patients Covid-19).
A l'inverse, une hausse du nombre d'hospitalisations (+12%) et d'entrées en réanimation (+43%) de patients de 15-44 ans a été observée sur la même période.
"Bien que le nombre de cas chez les adultes jeunes ne représente que 10% des effectifs, ces tendances des indicateurs hospitaliers, notamment en réanimation, sont à suivre avec attention", avertit SPF.
Une "tendance à la hausse" des indicateurs hospitaliers à l'échelle nationale a par ailleurs été constatée la semaine du 22 février, ce qui est "très préoccupant au regard de la tension du système de soins depuis plusieurs semaines", pointe l'agence sanitaire. Le nombre d'admissions de patients Covid-19 à l'hôpital et en réanimation a ainsi augmenté de 3% et 4%, respectivement.
Selon les données de Géodes, il y avait jeudi en France 24.891 patients Covid-19 hospitalisés (contre 25.317 il y a une semaine), dont 3.633 en réanimation (contre 3.430).
Le nombre de passages aux urgences et d'actes de SOS Médecins pour suspicion de Covid-19 a respectivement varié de +8% et -4% en une semaine.
Jeudi, le nombre total de décès de patients Covid-19 recensés depuis le début de l'épidémie à l’hôpital et dans les établissements sociaux et médico-sociaux s'élevait à 87.861, soit 2.253 de plus qu'il y a une semaine.

Le variant anglais désormais majoritaire à l'échelle nationale

SPF détaille par ailleurs les résultats de l'analyse des tests de criblage des variants du Sars-CoV-2 collectés via Sidep la semaine du 22 février (près de 94.000 tests positifs analysés).
Il apparaît que 59,5% des tests positifs criblés correspondaient à des suspicions de variants anglais (20I/501Y.V1) et 6,3% à des suspicions de variant sud-africain (20H/501Y.V2) ou brésilien (20J/501Y.V3). Ces taux étaient respectivement de 49,3% et 5,6% la semaine précédente (cf dépêche du 26/02/2021 à 13:34).
Toutes les régions métropolitaines sont concernées, mais à des niveaux différents. SPF note que 57 départements présentaient plus de 50% de suspicions de variant anglais parmi les tests criblés, tandis que 9 affichaient plus de 10% de suspicions de variants de type sud-africain ou brésilien.
En Moselle, département le plus touché par les variants de type sud-africain ou brésilien, la proportion est restée à 54%.
SPF fait en outre état d'une "relation croissante" entre le pourcentage de suspicions de variants anglais, sud-africain et brésilien et l'évolution de l'incidence au niveau départemental, sur la période du 8 au 28 février.
Graphe: bulletin SPF
Graphe: bulletin SPF
L'agence sanitaire note par ailleurs que selon des données de surveillance génomique obtenues par trois des principales plateformes de séquençage (les CNR de l'Institut Pasteur et de Lyon et le site Henri-Mondor), la présence du variant brésilien "reste négligeable" en France (0,4%).
sb/nc/APMnews

[SB8QPHQIU]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi