dépêche

 - 

Le CNGOF appelle à une évolution juridique du mot "viol" afin de ne pas détourner les patientes des examens médicaux

Le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) appelle à revoir l'usage juridique du mot "viol", employé dans des plaintes de patientes à l'encontre de leur gynécologue notamment pour des gestes médicaux réalisés sans consentement et/ou par surprise, dans un communiqué diffusé jeudi.

Cet article est réservé aux abonnés APMnews.com

Vous souhaitez lire la suite ?

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

 

A lire aussi