dépêche

 - 

Le surrisque de myocardite post-vaccin Covid à ARNm moins important après la troisième dose qu'après la deuxième (étude française)

Le surrisque de myocardite associée à la vaccination avec un vaccin contre le Covid-19 à ARN messager (ARNm) subsiste avec la troisième dose, mais il est moins important qu'avec la deuxième et il diminue avec l'allongement des délais entre les doses, selon une étude réalisée à partir du système national des données de santé (SNDS), publiée vendredi par l'assurance maladie et l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Cet article est réservé aux abonnés APMnews.com

Vous souhaitez lire la suite ?

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

 

A lire aussi