dépêche

 - 

Un inhibiteur de traduction des protéines neurotoxiques pourrait être d'intérêt dans l'Alzheimer et le Parkinson (phases II)

La prise d'un inhibiteur oral de la traduction de protéines neurotoxiques, le buntanetap (ou ANVS401 ou posiphen), pendant 25 jours, a semblé produire un effet bénéfique aussi bien sur la cognition de patients souffrant de maladie d'Alzheimer précoce à modérée que sur la fonction motrice de patients atteints de maladie de Parkinson, selon les résultats de deux petits essais de phase II présentés jeudi à l'Alzheimer's Association International Conference (AAIC).

Cet article est réservé aux abonnés APMnews.com

Vous souhaitez lire la suite ?

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

 

A lire aussi