dépêche

 - 

Une majorité de patients gardent des symptômes résiduels d'asthme après deux ans de traitement par anti-IL-5

Un anticorps monoclonal ciblant l'interleukine IL-5 permet après deux ans de traitement, d'apporter une amélioration clinique significative chez les patients atteints d'asthme sévère qui gardent toutefois en majorité des manifestations résiduelles de la maladie, suggère une étude néerlandaise présentée mercredi au congrès virtuel de l'European Respiratory Society (ERS).

Cet article est réservé aux abonnés APMnews.com

Vous souhaitez lire la suite ?

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

 

A lire aussi