dépêche

 - 

Syndrome des ovaires polykystiques: des risques obstétricaux, cardiovasculaires et psychiatriques accrus

Les femmes présentant un syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) semblent plus à risque de complications obstétricales et néonatales lors de leur accouchement, mais aussi de complications cardiovasculaires après la ménopause, ainsi que d'anxiété/dépression liée aux troubles du sommeil, selon 3 études présentées au congrès de l'American Society for Reproductive Medicine (ASRM), qui se déroule en ligne depuis samedi jusqu'à mercredi.

Cet article est réservé aux abonnés APMnews.com

Vous souhaitez lire la suite ?

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

 

A lire aussi