dépêche

 - 

Cancer du poumon NAPC avec un score PD-L1 de 1% à 49%: associer l'immunothérapie à une chimiothérapie plus efficace (méta-analyse)

L’association d’une immunothérapie par anti-PD-1/PD-L1 et d'une chimiothérapie semble plus efficace qu'une immunothérapie seule en traitement de première ligne des cancers du poumon non à petites cellules (NAPC) exprimant l'antigène PD-L1 à un niveau se situant entre 1% et 49%, selon une méta-analyse présentée au congrès de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO) vendredi.

Cet article est réservé aux abonnés APMnews.com

Vous souhaitez lire la suite ?

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

 

A lire aussi